Attentat à la bombe devant le commissariat central de Tizi Ouzou

Attentat à la bombe devant le commissariat central de Tizi Ouzou :

Un policier mort et 13 blessés dont deux graves

par A. Drifa et Saïd Tissegouine, Le Jeune Indépendant, 7 juin 2007

Les trois policiers touchés sont ceux qui étaient en faction au niveau du carrefour de la gare routière, de la sûreté de wilaya et de la cour de justice, parmi lesquels figure une femme. Le lieu de l’attentat est proche du palais de Justice où viennent de se dérouler deux procès de l’ancien chef du GSPC Hassan Hattab, condamné par contumace à perpétuité.

Les blessés civils sont des voyageurs qui étaient à bord d’un bus de transport venant d’Alger. Ce dernier a été fortement endommagé par l’explosion qui a eu lieu au moment de son entrée en gare. L’engin explosif a été placé à côté du poste de contrôle de la gare et dissimulé dans un sachet noir.

La bombe, de forte puissance, actionnée à distance, a provoqué la panique parmi les nombreux voyageurs en attente. Ce qui a amené les services de sécurité à boucler les lieux et à fermer la gare. Il y a lieu de signaler qu’aucun responsable ou représentant des autorités locales ne s’est manifesté après l’attentat, aussi bien sur les lieux du drame qu’au niveau du CHU de Tizi Ouzou.

Au niveau de cet établissement, les blessés ont été pris en charge au niveau du service des urgences, où deux blessés graves ont été signalés. Tous les autres blessés, légèrement touchés, ont regagné leur domicile dans la même journée.

Le dernier attentat enregistré dans la région remonte à début mars, lorsque sept gendarmes avaient été tués dans une attaque à Takhoukht, sur la route reliant Beni Yenni à Tizi Ouzou. Les gendarmes avaient été surpris pendant la relève de leur barrage routier par un groupe armé embusqué des deux côtés de la chaussée.

Leurs trois véhicules avaient brûlé dans l’attaque. Condamnation du FFS et du RND Les responsables locaux du FFS et du RND ont été les premiers à réagir. Par la voix de son premier secrétaire fédéral de Tizi Ouzou, M. Rabah Brahimi, le FFS «condamne avec la plus grande vigueur ce lâche attentat qui a ciblé des innocents».

Et tout en rassurant les familles des victimes de la profonde et indéfectible soutien de son parti, M. Brahimi déclare «qu’encore une fois, au FFS, nous tirons la sonnette d’alarme sur le danger menaçant les Algériennes et les Algériens».

Le premier secrétaire fédéral du FFS de Tizi Ouzou note enfin que malgré la multiplication des effectifs du corps de sécurité sur le terrain, il n’en demeure pas moins que la situation n’est pas pour autant maîtrisée. «C’est pourquoi, ajoute-t-il, nous appelons les citoyens à demeurer vigilants.» Le bureau de wilaya du RND a lui aussi réagi en «condamnant avec la plus grande rigueur cet acte lâche et barbare qui a coûté la vie à un de nos citoyens.

Nous sommes de tout cœur avec les familles des victimes et nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés», a ajouté le bureau local, avant d’appeler les citoyens «à faire preuve d’une grande vigilance». Ni le wali, ni le président de l’APW, ni le président de l’APC de Tizi Ouzou n’ont jugé utile de faire le moindre déplacement à l’hôpital pour rassurer les blessés et leurs familles.

A. D. et S. T.