Me Ksentini : Les réformes initiées dans la justice se sont avérées «totalement inefficaces»

Me Ksentini : Les réformes initiées dans la justice se sont avérées «totalement inefficaces»

El Watan, 26 mai 2011

«Je le dis comme je le pense, et comme le pensent le public en général et mes confrères, dont le nombre est considérable. La Justice a besoin d’être revue et corrigée», a déclaré jeudi 26 mai le président de la Commission nationale consultative de promotion et protection des droits de l’Homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini.

Tout en estimant que les réformes initiés dans le secteur «s’avère totalement inefficace», Me Ksentini a déploré, lors de l’émission « Invité de la rédaction » de la chaîne III de la Radio nationale, le fait que «rien n’ait été retenu» du rapport de la commission nationale de réforme de la justice (CNRJ), qui était dirigée par feu Mohand Issad.

« La commission Issad, qui avait effectué au bout de six mois un travail intensif et de qualité, avait pourtant proposé un rapport comprenant des suggestions extrêmement importantes. Mais, malheureusement, rien n’en a été retenu et ceci est déplorable », a indiqué Me Ksentini, qui considère qu' »au lieu de progresser la Justice a régressé ». « Il faut absolument que les choses s’arrêtent là, parce que je considère que le justiciable algérien a droit à une justice de qualité. Il est inconcevable que la justice rendue dans les années soixante soit meilleure que celle qui est rendue actuellement », a-t-il dit.

Evoquant par ailleurs des « abus » dans le recours à la détention préventive, le président de la CNCPPDH a relevé que « les choses se sont inversées », estimant ce qui est appliqué est «contraire à la loi ». «Cet abus est inadmissible», a-t-il regretté.

«La loi dit que la détention doit être une mesure exceptionnelle et la liberté est la règle, mais c’est l’inverse qui est appliqué de la manière la plus systématique», a affirmé Me Ksentini, ajoutant qu’au moment où la loi dicte la présomption d’innocence, « c’est le contraire qui est appliqué, c’est-à-dire la présomption de culpabilité ».

Me Ksentini a, par ailleurs, insisté sur, la «nécessité de l’indépendance des magistrats». «Un magistrat écrasé par sa hiérarchie ne peut pas faire un travail correct », a-t-il indiqué.
Rabah Beldjenna


Me Farouk Ksentini : «La justice a régressé»

El Watan, 27 mai 2011

«Rien n’a été retenu du rapport de la CommisæÂsion nationale de réforme de la justice (CNRJ), qui était dirigée par feu Mohand Issad», a déclaré hier maître Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH) sur les ondes de la Radio nationale. Il a fallu attendre plus d’une décennie après l’installation de ladite commission pour que le président de la CNCPPDH juge judicieux de «dénoncer» la négligence du rapport en question. Un travail d’investigation méticuleux élaboré par le défunt Mohand Issad qui a réitéré, à maintes reprises, son souhait de mettre en place «une justice de qualité». Me Farouk Ksentini a également indiqué que «la justice a besoin d’être revue et corrigée», estimant que les réformes initiées dans ce secteur se sont avérées «inefficaces». «Au lieu de progresser, la justice a régressé. Il est inconcevable que la justice rendue dans les années 1960 soit meilleure que celle qui est rendue actuellement», a-t-il dit.

Par ailleurs, il a aussi évoqué des «abus» dans le recours à la détention préventive. Le président de la CNCPPDH a relevé que ce qui est appliqué est «contraire à la loi». «Cet abus est inadmissible», a-t-il souligné. «La loi dit que la détention doit être une mesure exceptionnelle et la liberté est la règle, mais c’est l’inverse qui est appliqué de la manière la plus systématique», a affirmé Me Farouk Ksentini, ajoutant qu’au moment où la loi dicte la présomption d’innocence, «c’est le contraire qui est appliqué, c’est-à-dire la présomption de culpabilité». Dans le même contexte, le président de la CNCPPDH a insisté sur la«nécessité de l’indépendance des magistrats». «Un magistrat écrasé par sa hiérarchie ne peut pas faire un travail correct», a-t-il indiqué.

Lamia Tagzout