Une condamnation à mort prononcée pour espionnage

Tribunal de Ghardaïa

Une condamnation à mort prononcée pour espionnage

El Watan, 25 avril 2018

Le tribunal criminel de Ghardaïa a prononcé, lundi soir en appel, une condamnation à mort et des peines de 10 ans de prison ferme à l’encontre de sept accusés, poursuivis pour des actes d’espionnage.

Le tribunal a ordonné la peine de mort à l’encontre de l’accusé principal (A. D. F.) de nationalité libérienne et d’origine libanaise pour «espionnage au profit d’une puissance étrangère» (Israël) et «constitution d’une bande criminelle dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’Algérie». Les six autres accusés, de différentes nationalités subsahariennes, ont écopé de dix ans de prison ferme chacun pour les mêmes griefs. Les condamnés doivent également verser une amende d’un million de dinars au Trésor public. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public avait requis la condamnation des accusés selon les actes de la poursuite et leurs déclarations dans le cadre de l’interrogatoire préliminaire, et devant le juge d’instruction et le tribunal de première instance.
APS