Un des principaux accusés dans l’affaire de la BCIA extradé par la France

Arrêté il y a quelques mois par Interpol

Un des principaux accusés dans l’affaire de la BCIA extradé par la France

par S.H., Le Jeune Indépendant, 27 mars 2006

L’un des principaux suspects dans l’affaire de la BCIA Bank a été extradé par la France vers l’Algérie la semaine dernière après avoir été arrêté il y a quelques mois dans le même pays grâce à Interpol suite à un mandat d’arrêt délivré par le juge d’instruction auprès de la cour d’Oran, en charge de l’affaire.

Selon une source judicaire, la cour va effectuer, dans les prochains jours, une enquête complémentaire pour permettre à l’accusé, actuellement sous mandat de dépôt, d’apporter ses témoignages. La personne en question, répondant aux initiales de A. B., est un importateur impliqué dans l’affaire de la BCIA et présenté comme étant une pièce déterminante dans l’instruction.

La demande d’extradition avait été formulée, rappelons-le, aussi bien par le ministère de la Justice que par voie diplomatique. «Une deuxième procédure est également en cours pour obtenir l’extradition d’un deuxième accusé dans cette même affaire, arrêté également grâce à Interpol en France.» Cependant, une vingtaine de personnes impliquées dans ces affaires, parmi lesquelles figure l’ancien P-DG de la banque, sont toujours en fuite à l’étranger.

«Nous ne savons pas encore dans quel pays elles se sont réfugiées», précise-t-on. Le juge d’instruction en charge de cette affaire avait, rappelons-le, placé 33 personnes en détention préventive. Onze ont été mises sous contrôle judiciaire et 8 autres ont bénéficié de la liberté provisoire.

L’affaire de la BCIA avait, pour rappel, causé un préjudice financier au Trésor public estimé à 132 milliards de dinars et 68 personnes y sont impliquées. A la fin de l’année 2003, les inspecteurs de la Banque centrale ont dressé 5 procès-verbaux d’infractions à la réglementation «visant notamment la non tenue de répertoires de domiciliation».

Un processus de contrôle qui a conduit au retrait d’agrément à cette banque privée et à sa mise en liquidation durant la même année 2003. S. H.