Les changements au DRS ont ralenti l’enquête sur l’attaque de Tiguentourine

Les changements au DRS ont ralenti l’enquête sur l’attaque de Tiguentourine

El Watan, 22 janvier 2016

La chambre criminelle de la cour d’Alger traitera, dans quelques mois, l’affaire de l’attaque terroriste sur la base gazière de Tiguentourine en l’absence éventuellement de Mokhtar Belmokhtar, a-t-on appris de sources sûres.

Le dossier est actuellement au stade d’enquête au tribunal criminel d’Alger, affirme-t-on. Mokhtar Belmokhtar est considéré, selon nos sources, comme étant l’accusé principal de ces attaques survenues en janvier 2013. Et selon toujours nos sources, l’enquête entamée pourtant le 20 janvier 2013 a pris un retard de trois ans à cause de la décision du président Bouteflika de supprimer la qualité d’officier de police judiciaire pour les officiers du DRS. Ce qui a causé une rupture de communication entre ces officiers et la justice.

L’enquête est lancée sur trois axes, le premier est l’identité des victimes et c’est le procureur au tribunal d’Illizi qui en est chargé. Les brigades antiterroriste étaient chargées du deuxième axe suspendu finalement en été 2013 et le troisième axe était assuré par la cour d’Illizi. En 2014, c’est tout le dossier qui a été transféré aux services de l’armée qui ont aussi reçu une bonne partie des résultats de l’enquête.

Aziz M.