Le procès Matoub en juillet

L’AVOCAT DE MEDJNOUN L’A CONFIRMÉ HIER

Le procès Matoub en juillet

Par Aomar MOHELLEBI, L’Expression, 23 Juin 2011

«Il n’y a aucun élément dans le dossier qui montre que Medjnoun est impliqué dans l’affaire de l’assassinat de Matoub».

C´est désormais officiel, le procès de l´assassinat de Matoub Lounès aura lieu à la fin de la session criminelle en cours, du tribunal de Tizi Ouzou. C´est ce qui a été confirmé, hier, par Maître Ait Habib, avocat du détenu Malek Medjnoun, accusé présumé dans cette affaire qui reste pendante depuis le 25 juin 1998. C´est au siège de la Maison des droits de l´homme de Tizi Ouzou qu´une conférence de presse s´est tenue, hier, en fin de journée en présence des deux avocats de Medjnoun, du père et du frère de ce dernier, du président du comité du village Tadart Oufella (Ath Douala) ainsi que des animateurs du comité de soutien au détenu Medjnoun. Un comité, qui a pour but d´exiger que Malek Medjnoun soit présenté devant la justice, «d´être condamné s´il est coupable ou libéré s´il est innocent».
Lors de son intervention, Maître Aït Habib a souligné que le complément d´enquête exigé en juillet 2008 par la famille Matoub a été achevé le 16 juin dernier. Le rapport de l´enquête a été transmis au procureur général et ce dernier a ordonné la programmation du procès pour la session criminelle en cours. Le même orateur a précisé que lors des dernières épreuves du baccalauréat, auxquelles a pris part Malek Medjnoun, à la maison d´arrêt de Tizi Ouzou, le procureur général de Tizi Ouzou a donné l´information à Medjnoun, concernant la programmation de son procès en juillet. Les deux avocats de Medjnoun, à savoir Aït Habib et Boubechir, ont indiqué que le complément d´enquête n´a pas vraiment apporté un plus par rapport à l´enquête initiale.
En revanche, ils ont souligné que cinq témoins qu´ils ont suggérés à la justice ont été entendus par le juge. Il s´agit de cinq personnes qui étaient en compagnie de Malek Medjnoun au moment où Matoub a été assassiné le 25 juin 1998. «Medjnoun était dans un petit restaurant situé à la rue de la Paix à Tizi Ouzou, en compagnie de ces cinq témoins, le 25 juin 1998 de 13 à 15 heures», a précisé Maître Ait Habib. «Il n´y a aucun élément dans le dossier qui montre que Medjnoun est impliqué dans l´affaire de l´assassinat de Matoub», a ajouté l´avocat qui a toutefois insisté sur le fait que ce qu´ils revendiquent, ce n´est pas l´acquittement systématique de leur client mais c´est plutôt la tenue du procès.
«Si Medjnoun est coupable, qu´on le condamne, s´il est innocent qu´on le libère. Mais ce n´est pas normal ni réglementaire qu´il reste plus de 12 ans en détention provisoire», a déploré Maître Aït Habib. Sur un autre registre, Maître Aït Habib a affirmé qu´il revendique en même temps toute la lumière sur l´assassinat de Matoub et qu´ils soutiennent sans réserve la quête de vérité de sa famille et de toute la Kabylie. Et d´ajouter que «s´il y avait la moindre preuve pour condamner Medjnoun, la Justice algérienne se serait empressée de le condamner pour se débarrasser de ce dossier». Le frère de Malek Medjnoun a de son côté lancé un appel au Président de la République et au ministre de la Justice concernant cette affaire. Quant aux animateurs du comité de soutien au détenu Medjnoun, ils ont imprimé un poster avec le portrait du détenu où l´on peut lire «Malek Medjnoun, jugez-le, libérez-le, l´injustice de trop».
Ces animateurs ont décidé pour l´instant, de faire confiance à la justice qui a promis la tenue du procès avant la fin juillet. «Mais dans le cas contraire, nous allons lancer des actions pacifiques et populaires pour exiger la tenue du procès», a indiqué l´un d´eux, appuyé par le président du comité du village Tadart Oufella où une grande mobilisation est signalée depuis la création de ce comité le 24 juin 2011. Pour conclure, Maître Habib a dit: «En défendant Medjnoun, je défends la vérité sur l´assassinat de Matoub Lounès qui est le porte-flambeau de la civilisation berbère.»