L’interview à France Inter de l’avocat de la famille Mecili, Maître Antoine Comte

L’interview à France Inter de l’avocat de la famille Mecili, Maître Antoine Comte

http://ffs1963.unblog.fr/2008/09/26/maitre-antoine-comte-a-france-inter/

Maître Antoine Comte: Lorsqu’il [le capitaine Hassani] a été interrogé par le magistrat instructeur le 1er septembre dernier, le magistrat instructeur lui a demandé trois choses :D’une part de faire un prélèvement génétique, d’autre part de faire une expertise graphologique, car il y a des écrits du capitaine Hassani qui ne seraient pas selon lui dans le dossier”

Benoît Collombat : Puisqu’on a retrouvé un ordre de mission chez le tueur

Maître Antoine Comte: On a retrouvé un ordre de mission chez le tueur avec des écrits à la main dessus. Et par conséquent le juge lui pose ces deux questions : Et qu’est-ce que fait Monsieur Hassani ? Eh bien il refuse le prélèvement génétique, je vous rappelle que c’est une infraction et donc on attend que le parquet demande sa mise en examen du fait de cette infraction, et d’autre part, il refuse l’expertise graphologique ! Mais ce n’est pas tout ! Il refuse également, parce que le juge l’interroge sur son curriculum vitae, de faire état du moindre élément de son curriculum vitae ! Alors est-ce que c’est quelqu’un qui ne connaît pas assez bien le nouveau curriculum vitae que les services ont fait pour lui ? C’est une possibilité, moi je n’examine que les possibilités. J’observe que pour une personne qui se dit innocente, premièrement elle ne demande pas la confrontation. Deuxièmement elle n’accepte pas une expertise génétique. Troisièmement, elle n’accepte pas une expertise graphologique.

Benoît Collombat : Vous en tirez quelle conclusion ?

Maître Antoine Comte: “J’en tire la conclusion que cet homme a probablement beaucoup de choses à cacher, mais çà c’est un point de vue purement personnel. J’en tire la conclusion que cette affaire ne fait que commencer, et qu’il est indispensable que la chambre de l’instruction dise que l’instruction doit continuer justement pour que cette expertise graphologique soit faite, justement pour que cette expertise génétique soit faite, justement pour qu’un vrai curriculum soit fait et donc par conséquent, on ne peut pas dire aujourd’hui, çà (cette personne) n’est pas la bonne personne si on refuse toutes les vérifications que demande le juge, car c’est normal qu’un juge à partir du moment où on vous dit çà n’est pas moi, vous dise eh bien tenez, je vais faire une série de vérifications et on refuse celle-ci, alors pourquoi ?

Source: France Inter