Affaire Hasseni : L’ambassadeur de France convoqué au MAE

Affaire Hasseni : L’ambassadeur de France convoqué au MAE

El Watan, 8 avril 2010

L’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, a été convoqué hier au ministère des Affaires étrangères. Il lui a été fait part de la « grande surprise » et de la « profonde préoccupation » du gouvernement algérien suite à la décision « inattendue » des juges français qui ont refusé d’accorder le non-lieu à Mohamed Ziane Hasseni. Et ce, bien que le non-lieu ait été requis par le parquet de Paris, en février dernier, fondé sur l’absence totale de charges contre le haut fonctionnaire algérien.

A cette occasion, il a été communiqué au diplomate français la profonde inquiétude des autorités algériennes devant la démarche des magistrats instructeurs qui confirment la persistance de l’acharnement contre le haut fonctionnaire algérien.

De même, l’attention de l’ambassadeur de France a été attirée sur le fait que cette décision constitue « une nouvelle atteinte inacceptable au principe cardinal de la présomption d’innocence ». Le ministère des Affaires étrangères a chargé l’ambassadeur de France de porter à la connaissance des autorités de son pays la nécessité d’un traitement diligent et définitif de cette affaire qui « a porté un préjudice certain aux relations entre les deux pays et qui a soulevé la réprobation générale et la consternation des collègues du diplomate algérien, incriminé à tort et soumis à une pression intolérable depuis plus de vingt mois ».

Les juges chargés de l’enquête sur l’assassinat de l’opposant algérien Ali Mecili, en 1987 à Paris, ont refusé le non-lieu au diplomate algérien, Mohamed Ziane Hasseni, qui avait été interpellé en France en 2008 et inculpé. Le diplomate algérien passe en revanche du statut de mis en examen à celui de témoin assisté en raison de l’insuffisance des charges pesant contre lui, a précisé, à Paris, son avocat, Jean-Louis Pelletier.

Par R. N.