Les victimes d’Octobre en quête de reconnaissance

Les victimes d’Octobre en quête de reconnaissance

Azouaou ne vendra pas son bras

El Watan, 5 octobre 2008

« Si ce pouvoir pouvait faire sauter la date du 5 Octobre du calendrier, il le ferait. Il fait tout pour effacer cette date, effacer ce qui lui est resté comme une tache noire », lâche Azouaou, 41 ans, rencontré dans ce restaurant rue Hassiba Ben Bouali, à Alger. Là où tout a basculé pour lui, il y a vingt ans. Il y laissera son bras, plusieurs blessures et une puissante volonté pour ne pas oublier ce mois d’Octobre 1988.

Accident de travail

C’est peut-être la faute au pain qu’on ne trouve pas et qu’on va chercher à Bab El Oued. Probablement est-ce la faute aux clients du restaurant de Hassiba Ben Bouali qui excluent de manger sans pain. Peut-être est-ce la faute à Azouaou lui-même. Pourquoi alors aller se mettre sur la coléreuse trajectoire des neuf balles automnales d’un fusil-mitrailleur FMPK et y perdre un bras nécessaire lorsqu’on est destiné à l’artisanat de la joaillerie ? Pourquoi tenter de secourir une personne en pleine fusillade à Bab El Oued ? Pourquoi défier ainsi l’autorité du haut commandement militaire de rétablissement de l’ordre (COMIRO) ? C’est peut-être pour cela que se faire cribler de balles à bout portant – engendrant l’amputation du bras et d’un orteil du pied gauche avec des blessures au visage et à la tête et éclats de projectiles encore logées à l’intérieur d’Azouaou – a été considéré par l’autorité comme accident de travail, avec 6200 DA comme indemnité mensuelle, alors qu’il n’avait jamais encore cotisé dans une caisse sociale. « Indemnité qu’on ne touche que difficilement », souligne Azouaou. « Accident de travail » même pour des adolescents qui n’avaient pas 18 ans à l’époque ou même pour des enfants touchés par balle comme le fils de Djaffer Ouchellouche, président de l’association des victimes AVO 88, tué par les militaires dans la rue à l’âge de 14 ans.

Du pain et des balles

L’après-midi du 10 octobre 1988, Hamou L’hadj Azouaou, grand gaillard de 21 ans, qui fomente l’espoir d’ouvrir son propre atelier de bijouterie, passe jeter un coup d’œil au restaurant populaire que tient son père à la rue Hassiba Ben Bouali, à Alger. Alger qui, depuis cinq jours, fulmine de colère et d’émeutes contre le FLN, Chadli, les pénuries, les Honda arrogantes des responsables et contre le mal de vivre sans issue. Fermé depuis trois jours, le restaurant s’apprêtait à rouvrir, profitant d’un calme précaire qui pointait du nez. L’occasion peut-être de rouvrir. Azouaou est chargé de trouver du pain dans Alger assiégée par les chars qui sont venus de Djelfa. Mais voilà, non seulement les boulangeries sont fermées, mais ce jour-là, les islamistes ont appelé à une marche, de Belcourt à Bab El Oued. Une marche pacifiste. 14h30. Une fusillade éclate au niveau de la DGSN. Un coup de feu tiré de la foule, selon plusieurs sources. Un tir anonyme. Les militaires postés là ouvrent le feu. On parle de 39 morts, dont le journaliste de l’APS, Sid Ali Benmechiche. Panique. Une jeune femme, blessée, tombe sur Azouaou. Il s’apprête à la secourir lorsque trois militaires s’approchent de lui, l’un d’eux l’arrose avec son fusil-mitrailleur FMPK. Neuf balles dans le corps, dont quatre dans la jambe. Bras déchiqueté, éclats de projectiles partout, orteil broyé, visage explosé. Des gens tombent autour de lui. Les balles continuent de siffler et de faucher des civils, des passants, des manifestants « et des blessés à terre », témoigne-t-il. Etendu sur le sol, il reçoit encore deux balles dont une lui égratigne le nez. En tentant de tenir son bras, il pourra miraculeusement se traîner sous une pluie de balles vers des arcades. Un jeune homme improvise son tee-shirt en garrot de fortune, des barbus le mettent à l’abri dans les proches locaux de la société de rénovation de La Casbah avant qu’une fourgonnette ne le transporte à l’hôpital Mustapha Bacha. Il y restera trois mois. En apprenant la nouvelle, deux jours après, le père d’Azouaou attrapera le diabète. « Même aujourd’hui lorsque je pars à l’hôpital pour enlever des éclats qui restent dans mon corps, les médecins me les cachent. Pour que je ne garde aucune preuve. Pas de trace. »

Victimes de catastrophe naturelle

Septembre 2008. Quelques milliers de morts plus tard. Le grand gaillard sans bras a trouvé un boulot administratif à la SNTF, après des années de galère, mais il n’a pas recouvert la paix de l’esprit. Dans le petit restaurant populaire de Hassiba Ben Bouali, Azouaou trace un tableau à deux colonnes : le négatif et le positif de ces vingt dernières années. Le positif : la famille, ses enfants, Hamou, Boudjemaâ et la dernière, Djamila, trois ans, qui ne comprend pas pourquoi ce qu’elle appelle le « bébé » – le moignon de son père – ne veut pas pousser ! « C’est grâce à eux que je tiens le coup, parce que parfois j’ai envie de tout lâcher… » Le négatif : « ça se voit, l’handicapé, l’infirme, le “meskine”. » Et ce « meskine » n’échappe pas à la convoitise des nouveaux beni oui-oui : « J’ai été approché par des comités de soutien à Bouteflika ou autres organisations de masse, mais moi, je ne mange pas de ce pain-là. Je n’échangerai pas mon bras contre un local commercial ou un appartement. Je me bats pour avoir un statut. Je suis, avant tout, une victime du système, une victime de l’armée. » En 1990, le Parlement FLN décide de classer les victimes d’octobre 1988 sous la rubrique « accident de travail » au même moment que les députés du parti inique décrètent, déjà à l’époque, l’amnistie. En février 1989, les victimes et leurs proches se fédèrent dans une association, AVO 88, dont Azouou est membre du bureau. L’autorité rechigne à agréer l’association avant de proposer une proposition de statut : victimes de catastrophe naturelle ! Comme si les rafales de kalachnikovs fauchant des jeunes désarmés et les centres de torture étaient aussi naturels que les séismes ou les inondations. « C’est l’indécence même », dit Azouaou qui explique que les victimes ont refusé la proposition. Mais l’agrément est octroyé ensuite par défaut de statut. Est-ce un hasard également que les victimes du terrorisme et les proches de disparus n’ont ni statut ni associations agréées ? « Depuis 1989, nous n’avons pas arrêté : à chaque anniversaire d’Octobre nous avons interpellé tous les gouvernements, la présidence de la République, les groupes parlementaires. Sans la moindre réponse. » « En 1990 quelqu’un a daigné nous recevoir à la présidence de la République… habillé en survêtement. » Seule deux personnalités ont promis des avancées : Rabah Bitat, en 1989 alors président de l’APN et le regretté président Mohamed Boudiaf en 1992. Or, le premier a quitté son poste, le second, lui, a été assassiné. AVO 88 reste ainsi sans budget, ses membres sans statut et souvent sans espoir.

L’espoir au fond d’un tonneau

Sans espoir… et plein d’amertume. En colère. « En colère contre ces Betchine (ancien patron de la Sécurité de l’armée), ces Hichem Abboud (capitaine à l’époque de la Sécurité militaire, opposant à l’étranger) qui veulent se racheter une virginité alors qu’ils savaient qu’on tuait et qu’on torturait ! », explose Azouaou. Dans la foulée, il parle des crimes d’Octobre commis sous le règne de l’ancien président Chadli, Larbi Belkhir, Khaled Nezzar, le chargé du « maintien de l’ordre », Hadi Lekhdiri, le ministre de l’Intérieur, Mouloud Hamrouche, chef de file des réformateurs… « Il faudra préciser les responsabilités, parler de ces héritiers de Aussaress qui ont torturé en octobre, parler des voitures banalisées avec des tireurs anonymes à bord ciblant la foule… Il faut que les historiens ouvrent ces dossiers. » L’oubli est devenu le pire ennemi de Azouaou. « J’espère que le président Bouteflika se rappelle qu’il était signataire de la « motion des 18 » », glisse-t-il. Publiée le 23 octobre 1988 et signée par dix-huit importantes personnalités politiques – Mostefa Lachref, Lakhdar Bentobbal, Ali Haroun, Rédha Malek, etc. – la déclaration fustigeait ouvertement la torture pratiquée durant et après la révolte d’Octobre et appelait à la fin d’une « légitimité historique qui s’est épuisée au fil des ans ». Fin 2005, lors de la campagne pour le référendum sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale, Abdelaziz Bouteflika répétait que, en octobre 1988, « le peuple a été sorti », poussé dans des émeutes. Ça ne fait pas du tout sourire Azouaou. « Ils remettent en cause tous les acquis d’Octobre, il ne reste que la presse indépendante. C’est tout », soupire Azouaou en reposant sa tasse de café. En ce vingtième anniversaire, il compte se rendre à la place des Martyrs, non loin de là où son bras a été déchiqueté, avec l’association Rassemblement action jeunesses – comme chaque année – pour déposer une gerbe de fleurs à la mémoire des 500 morts, des blessés, des torturés, des disparus. Il veut perpétuer la mémoire. Le combat est de plus en plus vital. « La situation des droits de l’homme chez nous est la même depuis 20 ans, ce sont juste les méthodes qui ont un peu changé. » Malicieux, il lance un regard rieur. Depuis 20 ans et malgré ce bras qui ne repousse pas, il n’a pas abandonné son rêve de devenir artisan en joaillerie qu’il a gardé au fond d’un tonneau scellé, caché dans un endroit secret. « Après mon amputation, j’ai jeté tous mes outils d’artisan que je venais d’acheter dans un tonneau, j’y ai mis du mazout pour les préserver et j’ai scellé le tonneau. Un jour peut-être … »

Par Adlène Meddi