Une panne a retardé son inauguration hier: Mauvais départ du tramway d’Alger

Une panne a retardé son inauguration hier: Mauvais départ du tramway d’Alger

par Z. Mehdaoui, Le Quotidien d’Oran, 9 mai 2011

Le premier tronçon du tramway d’Alger n’a pu être inauguré hier à l’heure prévue. La rame (Citadis) qui devait transporter le ministre des Transports Amar Tou ainsi que la délégation officielle conviée à prendre part à l’événement, n’a pas pu démarrer.

Selon un agent de l’entretien que nous avons rencontré sur la station des Bananiers, la panne est due à un «problème d’énergie». L’énergie électrique qui devait faire démarrer le tramway a subitement cessé d’alimenter le réseau, apprend-on. Pourtant, depuis plus d’une vingtaine de jours des essaies sont effectués quotidiennement sur ce premier tronçon livré et reliant Bordj El Kifan et Bab Ezzouar sur une distance de 8,7 km.

Le ministre des Transports, Amar Tou, est arrivé bien avant l’heure prévue de l’inauguration qui était programmée à 10h30. Amar Tou a même convié ses collègues du gouvernement, à l’image du ministre du Commerce Mustapha Benbada, pour venir assister à «l’événement» dont plusieurs reportages et émissions ont été consacrés par la télévision nationale depuis plusieurs semaines.

Entouré des responsables locaux, de journalistes et de représentants d’associations, le ministre des Transports est resté debout plus d’une heure à répondre à toutes les questions soulevées et ce à l’intérieur d’un chapiteau dressé pour la circonstance sur la station des Bananiers.

Vers 11 heures, le protocole lui signifie que tout est fin prêt pour prendre le départ vers Bordj El Kifan. Tout le monde voulait monter et accompagner le ministre. Des centaines de citoyens ainsi que des élèves qui ont, semble-t-il, déserté l’école, occupent le quai. Il fallait jouer des coudes pour se frayer un chemin. Une fois à l’intérieur et au moment où tout le monde attendait le départ du tramway, un agent est venu annoncer qu’il n’y a pas d’énergie et que la rame ne pourra pas bouger. Pis, au moment où le service d’ordre tentait de faire descendre du tramway, flambant neuf, quelques personnes, un autre agent est venu annoncer que certaines portes sont bloquées et qu’il fallait les ouvrir manuellement. Amar Tou était à cent mille lieues d’imaginer un tel scénario, lui qui paraissait joyeux à son arrivée à la station des Bananiers.

La mine défaite, le ministre est descendu de la rame et a dû patienter sur la station jusqu’à midi passé pour que le courant électrique soit enfin rétabli. Certains «invités de marque» ont quitté la station avant la mise en service officielle du tramway.

Avant «l’incident», un responsable d’Alstom, la société française qui avait réalisé la totalité de l’infrastructure (plate-forme, voies, électrification, signalisation, billettique), avait affirmé devant les journalistes que le tramway d’Alger est à la pointe de la technologie. Il soulignera que c’est la même technologie qui est utilisée dans les tramways en France notamment mais aussi à Barcelone en Espagne, à Rabat au Maroc ou encore à Tunis.

Il faut noter en outre qu’Alstom est responsable de la maintenance des équipements du système de tramway et les rames Citadis pour une durée de 10 années. Dans un communiqué remis à la presse, la société française informe que les tramways Citadis d’Alger ont été spécialement conçus pour répondre aux besoins d’exploitation définis par l’entreprise du métro d’Alger (EMA), grâce « à la combinaison d’équipements standards éprouvés, qui bénéficient du retour d’expérience de l’ensemble des Citadis, et d’éléments personnalisés comme le design de la cabine de conduite, la livrée et l’aménagement intérieur».

Interrogé sur le retard qu’a accusé le tramway de la capitale, le responsable d’Alstom incombera cela à la « complexité du projet». Concernant la livraison totale de tout le projet du tramway d’Alger, le responsable d’Alstom conseillera aux journalistes de poser la question au ministère des Transports et aux responsables de l’EMA.

Enfin, il y a lieu de souligner que le tronçon qui a été finalement inauguré hier par Amar Tou, dispose de 14 stations. Le billet de transport a été arrêté à 20 DA. Selon le responsable d’Alstom, le prochain tronçon qui sera réceptionné sera celui entre les Bananiers (Bab Ezzouar) et les «Fusillés» dans la commune d’Hussein Dey. Le réseau du tramway une fois totalement finalisé s’étendra sur une distance de 23 km et comprendra 38 stations ainsi que 8 pôles d’échanges.