Les entreprises face au problème de matière première, d’électricité

Les entreprises face au problème de matière première, d’électricité

Grain de sable dans la machine

par Synthèse : Djamel Belaïfa, Le Quotidien d’Oran, 6 septembre 2009

Une récente enquête d’opinion réalisée auprès des chefs d’entreprises industrielles par l’Office national des statistiques (ONS) a révélé que l’activité industrielle des secteurs public et privé en Algérie poursuit son rythme de progression au premier trimestre 2009.

L’enquête, qui porte sur le type et le rythme de l’activité industrielle et non pas sur les productions et qui a ciblé 340 entreprises publiques et 400 privées, indique que le niveau d’approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés. En conséquence, plus de 36% du potentiel de production du secteur public a enregistré des ruptures de stocks, causant des arrêts de travail de plus de 10 jours à près de 98% des entreprises concernées, dont plus de 5% à plus de 30 jours.

Environ 49% du potentiel de production du secteur public et plus de 73% de celui du privé ont enregistré en outre des pannes d’électricité, provoquant des arrêts de travail inférieurs à 6 jours pour le secteur public et supérieurs à 12 jours pour le secteur privé.

Selon plus de 98% des patrons des deux secteurs, l’approvisionnement en eau a été suffisant durant ce trimestre ; par contre, la consommation d’énergie a connu une augmentation durant le premier trimestre de l’année en cours. La demande en produits fabriqués a augmenté au cours du 1er trimestre 2009, selon les industriels du secteur public, contrairement au secteur privé qui lui a connu une baisse malgré la stagnation de ses prix de vente enregistrée durant cette période, précise l’enquête.

Près de 84% des chefs d’entreprises du secteur public et 50% de ceux du privé ont déclaré avoir satisfait toutes les commandes reçues. En outre, près de 87% des chefs d’entreprises publiques et 85% du privé déclarent avoir des stocks de produits fabriqués et la plupart des chefs d’entreprises des deux secteurs jugent que la situation des stocks est normale.

Concernant les taux d’effectifs, l’enquête signale qu’ils ont connu une hausse au cours du 1er trimestre 2009 pour les deux secteurs, notamment pour le secteur public. Environ 74% des chefs d’entreprises publiques et seulement 24% de ceux du privé déclarent, d’autre part, trouver des difficultés à recruter surtout le personnel d’encadrement.

Quelque 91% des patrons publics et près de 50% des privés estiment qu’en embauchant du personnel supplémentaire, les entreprises ne vont pas produire davantage. Plus de 71% des industriels du secteur public jugent que le taux d’absentéisme est supérieur au taux du trimestre précédent. Il est resté stable pour 75% de ceux du privé.

Durant les trois premiers mois de 2009, près de 3% des industriels publics ont enregistré des arrêts de travail inférieurs à 6 jours en raison de conflits sociaux. La trésorerie des entreprises est « bonne » durant ce trimestre pour près de la moitié des chefs d’entreprises publiques, néanmoins « mauvaise » selon un quart de ces derniers. En revanche, elle a connu une évolution normale selon la majorité des entreprises privées. Par ailleurs, l’allongement des délais de recouvrement des créances, les remboursements d’emprunts, les charges élevées – selon les patrons du privé – et le ralentissement de la demande, continuent d’influer sur la situation de la trésorerie des entreprises des deux secteurs.

Pour l’équipement, l’enquête précise que plus de 76% de la production du secteur public et plus de 88% de celle du privé ont connu des pannes d’équipements, en raison de la vétusté des matériels et des problèmes de maintenance. Près de 67% des chefs d’entreprises du public et près de 89% de ceux du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l’équipement et sans embauche supplémentaire du personnel, alors que plus de 8% des patrons publics et 80% des privés affirment pouvoir produire davantage seulement en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension.

Côté prévisions, les chefs d’entreprises prédisent que la production et la demande connaîtraient une hausse pour les deux secteurs. Ils prévoient une stagnation pour les prix et une baisse pour les effectifs du secteur public, à en croire les résultats de l’enquête de l’ONS.

Près de 65% du potentiel de production du secteur public a utilisé ses capacités de production à plus de 75%. Ces capacités sont utilisées à moins de 75% par 73% du potentiel de production du secteur privé, dont près de 64% à moins de 50%, selon les résultats de l’enquête, qui a touché 740 entreprises (340 publiques et 400 privées).