Programme de 1,2 millions de logements

PROGRAMME DE 1,2 MILLION DE LOGEMENTS

L’expertise étrangère sollicitée

Le Soir d’Algérie, 27 septembre 2011

Pour pouvoir tenir sa promesse de réaliser 1 200 000 logements durant le plan quinquennal 2010-2014, le gouvernement s’appuie sur les entreprises étrangères spécialisées et hautement qualifiées. Le ministre de l’Habitat Noureddine Moussa, un brin optimiste, croit qu’avec l’apport de l’expertise étrangère le pari d’autant de logements n’est pas impossible.
Sofiane Aït Iflis – Alger (Le Soir) – Une énième fois, le ministre de l’Habitat se voit obligé de rassurer quant à la réalisation du programme de logements promis par le chef de l’Etat. Des chiffres, entre ce qui a déjà été réalisé et ce qui attend l’achèvement et la livraison, il en donne à s’y perdre. Ainsi l’on apprend que, pour le quinquennat 2005-2009, pas moins de 450 000 logements, dominés par le type social, ont été réalisés. En deçà des prévisions. Pourtant, elles étaient 34 000 entreprises à y intervenir, parmi elles 7 à 8% des labels étrangers. Mais Noureddine Moussa, invité hier de la rédaction de la Radio Chaîne III, situe d’où il vient que l’engagement quinquennal n’a pas été honoré. Sur les 34 000 entreprises, seules 346 sont des grandes entreprises. La solution pour tenir, à l’avenir, les engagements ? Faire appel aux entreprises étrangères qui savent et ont les moyens de gérer un chantier. «Nous avons réduit les délais de livraison des projets à 24 mois. Les chantiers de logements dont la réception est prévue pour la fin 2013 doivent absolument être engagés début 2012. Et comme les programmes se chevauchent, nous avons besoin de l’expertise étrangère, notamment s’agissant des sites compacts de 1 000 à 2 000 logements», a affirmé Noureddine Moussa, poursuivant que «la construction d’un logement n’est pas seulement une affaire de technicité mais aussi de gestion. La gestion d’un chantier de 100 logements diffère de celle de 1 000 logements notamment en matière de ressources humaines, d’approvisionnement, de pilotage et coordination des opérations. » Interrogé sur les contraintes que rencontrent les entreprises du fait du code des marchés publics, le ministre a affirmé que les difficultés sont posées à l’administration, tant est que les entreprises interviennent après avis d’appel d’offres. Et les paiements ? Là dessus, pas de problème également. Le ministre a fait part d’une enveloppe de 3 700 milliards de dinars dégagée pour le secteur et que, avec les 450 000 logements additionnels, retenus lors du Conseil des ministres d’avril dernier, l’enveloppe grimpe à 4 500 milliards de dinars, soit environ 60 milliards de dollars. Par ailleurs, le ministre a indiqué que l’aménagement urbain a bénéficié déjà d’une enveloppe de 300 milliards de dinars (2005-2009) et qu’une autre enveloppe de 250 milliards de dinars est retenue pour le quinquennat en cours.
S. A. I.