Position des pays arabes vis-à-vis des questions économiques au FMI

Position des pays arabes vis-à-vis des questions économiques au FMI

L’Algérie mandatée

Meziane Rabhi, Liberté, 5 septembre 2006

Le discours exprimant la position des pays arabes vis-à-vis des questions économiques, régionales et mondiales, et qui devait être présenté devant la prochaine assemblée générale du FMI et de la Banque mondiale, qui se tiendra à la fin septembre à Singapour, sera prononcé par l’Algérie.
C’est du moins ce qui ressort de l’intervention du président du conseil d’administration du Fonds monétaire arabe (FMA), Djassem El-Mennai, à l’ouverture de la 30e session ordinaire du Conseil des gouverneurs des banques centrales et d’institutions financières arabes. Selon le P-DG du FMA, l’Algérie a été mandatée par les pays arabes pour présenter le “discours arabe unifié”. “Le projet de discours arabe unifié” prendra en charge aussi la question des pertes enregistrées après la guerre menée par Israël contre le Liban, en appelant la communauté internationale et les institutions financières mondiales à présenter l’aide nécessaire à la reconstruction de ce pays.
Les gouverneurs des banques centrales arabes ont plaidé, hier, pour un renforcement de la supervision bancaire et une amélioration des systèmes de paiement afin de préserver davantage la stabilité financière et monétaire des pays de la région.
Djassem El-Mennai, dans son allocution d’ouverture, a évoqué la nécessité d’une coordination dans l’application des normes Bâle 2 visant l’amélioration des capacités de gestion des risques bancaires par les banques centrales.
M. Mennai a mis en exergue la conjoncture favorable actuelle des économies des pays arabes qui se caractérisent par la réalisation continue de taux de croissance “encourageants” et par la consolidation des équilibres financiers internes et externes dans la région. Ces résultats positifs sont générés essentiellement par la hausse des cours mondiaux de pétrole, mais sont également dus aux politiques économiques prudentes adoptées par les pays arabes, ainsi qu’à la poursuite assidue des réformes économiques et financières.
La 30e session des gouverneurs des banques centrales et les représentants des différentes institutions financières arabes examinera le rapport d’activité du FMA.
Plusieurs sujets relatifs à la situation de la coopération financière interarabe et les perspectives de sa relance sont traités. Le président de cette 30e session, M. Adib Miyala, gouverneur de la Banque centrale de Syrie, a mis l’accent sur l’importance de la modernisation des systèmes de paiement.

M. R.