Les exportations d’or grimpent de 72,22 %

Alors que le métal jaune importé envahit le marché parallèle

Les exportations d’or grimpent de 72,22 %

Le Jeune Indépendant, 4 août 2009

L’Algérie a augmenté ses exportations en or de 72,22 % durant le premier semestre de l’année par rapport à la même période de 2008, indiquent les dernières statistiques des Douanes algériennes.

La valeur de l’or exportée durant la période considéré a atteint 14 millions de dollars, contre 8,17 millions au cours du premier semestre de l’année précédente, selon la même source. Evaluée à 560 kilogrammes, cette quantité, qui comporte également de l’or platiné, a été exportée entièrement vers la Suisse.
Les exportations du pays de ce métal précieux sont appelées à augmenter d’une manière substantielle avec la croissance de la production de 3 tonnes par an. Actuellement, la production de l’Algérie dépasse 7 millions de tonnes par an, selon les statistiques de l’Entreprise nationale de traitement et d’extraction d’or (Enor), qui table sur une production de 8,1 millions de tonnes à la fin de l’exercice 2009.
Cette hausse appréciable permettra à la société d’engranger 5,44 millions de dollars. Quant aux importations nationales, elles ont atteint 20 kilogrammes durant le premier semestre de l’année, selon les statistiques douanières.
Ce chiffre officiel, dit-on, est loin de refléter les quantités réelles introduites illégalement sur le marché parallèle. L’or introduit illégalement en Algérie provient essentiellement d’Italie, de Turquie, de Syrie et même de pays voisins comme la Libye.
Quant aux réserves de l’Algérie en or, elles sont estimées à 137,6 tonnes, d’après le Conseil mondial de l’or, un chiffre qui la place en deuxième position dans le monde arabe après le Liban.
Malgré ses réserves importantes, l’Algérie est reléguée au 23e rang à l’échelle mondiale en termes d’exportation d’or. Selon l’estimation du Conseil de l’or mondial, considéré comme la plus importante institution spécialisée dans l’appréciation du marché de l’or et des transactions concernant ce métal, «la valeur de la réserve en or dont dispose l’Algérie est importante, que ce soit celle déposée au niveau de la Banque d’Algérie, qui a soutenu le code du crédit et de la monnaie dont les dispositions sont modifiées dans la gestion de la réserve algérienne en or, ou bien celle déposée à l’extérieur». L’Algérie garde une partie de cet or comme réserve et le reste est transféré sous forme d’obligations du Trésor américain et placements.
Z. M.