Effacement des dettes des agriculteurs: Les unités de transformation exclues

Effacement des dettes des agriculteurs

Les unités de transformation exclues

El Watan, 28 février 2011

Les dettes des propriétaires d’huileries, de chambres froides, d’unités avicoles ainsi que celles des agriculteurs dits assimilés ne seront pas effacées, a martelé hier Rachid Benaïssa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

Intervenant lors d’un point de presse organisé au siège de son ministère, à Alger, M. Benaïssa veut clore définitivement le dossier. Les propriétaires d’unités avicoles, d’huileries et de chambres froides ont déjà bénéficié, outre un crédit bancaire, de 2 à 4 millions de dinars, explique-t-il. «Ils ont bénéficié déjà du soutien de L’Etat. Il serait injuste d’effacer leurs dettes encore», ajoute-t-il, estimant que son département ne va pas pour autant les abandonner.

Le ministre de l’Agriculture dit avoir instruit la BADR et la CNMA afin d’effacer les pénalités de retards dues au non-remboursement des crédits contractés. Un plan de rééchelonnement des dettes de ces investisseurs leur est proposé, a indiqué le ministre. Il leur a également recommandé d’intégrer les différents dispositifs d’aide et d’accompagnement lancés par le ministère de l’Agriculture. Evoquant le cas des agriculteurs dits assimilés ayant contracté des crédits leasing, aujourd’hui dans l’incapacité de payer leurs dettes, M. Benaïssa a opposé une fin de non-recevoir. A défaut de payer leurs dettes, 2800 agriculteurs sur un total de 3000 ont accepté de se délester de leurs équipements acquis auprès de la CNMA, estime M. Benaïssa.

«Le matériel agricole acquis dans le cadre des crédits leasing a bénéficié d’un soutien de l’Etat de 50%», rappelle le ministre. L’Union algérienne des agriculteurs libres, dans une lettre adressée récemment au président de la République, avait dénoncé l’exclusion de milliers d’agriculteurs de l’opération d’effacement des dettes. Près de 37 milliards de dinars de dettes ont été effacés sur les 41 milliards représentant le montant global.
Plus de 77 000 agriculteurs étaient concernés, à raison de
450 000 DA chacun, selon les chiffres du ministre.
Hocine Lamriben