La dette extérieure de l’Algérie est de 21,4 milliards de dollars

La dette extérieure de l’Algérie est de 21,4 milliards de dollars

AFP, 24 février 2005

La dette extérieure de l’Algérie était de 21,411 milliards de dollars au 31 décembre 2004, a indiqué jeudi la Banque d’Algérie (BA).

Le total de la dette s’élevait à 23,2 milliards de dollars fin 2003, selon la même source.

Le service de la dette, hors remboursements anticipés, était de 4,44 milliards de dollars fin 2004, soit 12,6 % de la valeur des exportations contre 17,7% en 2003 et 21,68% en 2002, a précisé la BA dans un communiqué.

Cette baisse du ratio du service de la dette, c’est-à-dire le rapport entre le volume de la dette et les recettes d’exportation, « exprime bien aujourd’hui la soutenabilité de la dette extérieure de l’Algérie », a-t-elle estimé.

En 1992, la dette extérieure de l’Algérie était estimée à 34 milliards de dollars.

L’Algérie avair été obligée de dévaluer sa monnaie, de rééchelonner sa dette et de réformer son économie étatisée sous la houlette du Fonds monétaire international (FMI).

Depuis, elle a entrepris une libéralisation de son économie et une privatisation qui doit encore toucher plus de 1.200 entreprises d’Etat.

Mercredi, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé, devant la Centrale syndicale, l’option irréversible de l’Algérie pour les réformes économiques et une économie de marché.

« La gestion socialiste de l’économie a fait son temps, notre pays ayant eu à satiété son lot d’expériences qui l’ont suffisamment renseigné sur la vitale nécessité d’un changement qui sera certes sans précipitation, mais qui se fera assurément sans hésitation aucune », a-t-il affirmé.

« Il nous appartient, désormais, d’unir nos efforts pour organiser dans l’intérêt supérieur de la Nation le désengagement de l’Etat de la sphère de la production marchande », a-t-il ajouté