A qui profite la destruction des groupes industriels algériens ?

A qui profite la destruction des groupes industriels algériens ?

El Watan, 14 janvier 2011

Cevital n’a pas le droit de baisser les prix. Même si le groupe industriel de Issad Rebrab se retrouve dans ses comptes, il ne peut pas offrir aux consommateurs algériens du sucre et des huiles moins cher.

C’est, paraît-il, la loi. C’est là, également, la logique d’un Etat qui a complètement failli à réguler le marché et qui reprend des réflexes autoritaires. Au lieu de s’attaquer aux importateurs et aux grossistes, qui foulent aux pieds loi et règlements, le gouvernement cible les créateurs de richesses. Un gouvernement tellement aveugle qu’il n’arrive pas à voir que le monopole n’est pas dans la production mais dans l’importation. Qui importe le sucre roux ou blanc ? Et qui sont les grossistes dominant le marché ? Le ministère du Commerce, qui donne des signes inquiétants d’amateurisme, a-t-il les moyens de contrôler les grossistes et les importateurs ? Peut-il les obliger à respecter l’usage de la facture comme le veut la loi qu’il prétend appliquer ?

Logique de l’à-peu-près

«La notification adressée à Cevital est une procédure administrative dont le but est d’obtenir des éclaircissements de la part du groupe agroalimentaire concernant les nouveaux prix qu’il pratique sur le sucre et l’huile», a dit le ministre, Mustapha Benbada. Devant l’opinion publique, le gouvernement s’est mis à nu. Si des producteurs sont capables d’offrir un kilo de sucre à moins de 90 DA pourquoi les en empêcher ? A écouter les officiels, qui meublent les ondes de la télévision et de la radio étatiques dans un discours à sens unique, le prix de 90 DA le kilo de sucre est parfait. Ce n’est pas l’avis des ménages. Ce prix est élevé par rapport au pouvoir érodé par l’inflation. Idem pour celui de la bonbonne de cinq litres d’huile. Les prix des produits, composés d’huile ou de sucre, comme les biscuits ou les chocolats, ont également augmenté. Mais là, le gouvernement n’a rien vu. Aucun rappel à l’ordre. L’Algérie est probablement le seul pays au monde qui «interdit» aux privés de vendre à perte. Comme si l’économie algérienne, pilotée par la logique de l’à-peu-près, ne fonctionnait pas, à plusieurs niveaux, à perte. Des manques à gagner chiffrés en milliards de dinars. Il n’y a qu’à citer l’exemple de la gigantesque évasion fiscale que le gouvernement n’arrive pas à quantifier. Un gouvernement, qui, malgré ses appareils sécuritaires, est incapable de mettre fin à l’informel ou de tracer les fonds détournés vers l’étranger. L’échec, aujourd’hui largement établi, des réformes bancaires peut être traduit par «une volonté politique» de ne pas secouer les palais de la spéculation ni de troubler ceux qui vivent «à l’ombre» du système.

Gestion politisée

Il en est de même pour l’inexistence de bureaux de change. L’absence d’un impôt sur les grosses fortunes est une autre illustration de cette tendance endémique dans la gestion «politisée» de l’économie du pays. Le harcèlement que subit aujourd’hui le groupe algérien Cevital, sous prétexte de lutte contre «le monopole», pour reprendre l’expression comique actuel, semble répondre à une action concertée pour mettre au pas l’industriel algérien, en faire une exemple pour que le royaume de l’importation soit rassuré. Les médias étatiques, radio, télévision et APS, se sont mis en ordre de marche pour attaquer Cevital, interdisant à Issad Rebrab toute possibilité de défense. Sauf qu’en agissant de la sorte, Issad Rebrab est aujourd’hui apprécié au niveau populaire pour la simple raison qu’auprès de l’opinion nationale, il passe pour un industriel qui a voulu offrir du sucre et de l’huile moins chers aux Algériens et que le gouvernement l’a empêché de le faire ! Voilà à quoi peut aboutir la communication stalinienne de ceux qui n’ont rien compris aux avertissements lancés dernièrement par la rue algérienne. Le Parti des travailleurs, qui a cessé d’être un parti d’opposition, et l’UGTA, qui, contrairement à son homologue tunisienne, l’UGTT, a choisi de se ranger du côté des autorités, se sont curieusement «réunis» pour s’attaquer «au monopole destructeur de certains opérateurs privés qui fragilisent le tissu social».

Position à la carte

Le PT et l’UGTA ont évoqué «les actes de spéculation» donnant l’impression de ne s’attaquer qu’à Cevital, un groupe qui compte des milliers de salariés, et d’oublier les importateurs. Cette position «à la carte» banalise davantage un parti et un syndicat qui, hier, étaient quelque peu crédibles et qui ne sont devenus que des amplificateurs du discours dominant d’aujourd’hui. Un petit bilan de ces dix dernières suffit à montrer que l’Algérie est devenue un cimetière immense pour ses groupes industriels. Il n’y avait aucune raison pour détruire le groupe Khalifa même si son patron était impliqué dans des malversations. Les pays avancés poursuivent en justice les patrons coupables d’actes de gestion contraires à la loi mais maintiennent en vie les entreprises dont ils étaient responsables pour ne pas perdre les emplois ou les parts de marché. Après Khalifa, les pouvoirs publics ont mis à genoux les groupes Tonic et Blanky. Qu’ont-ils gagné en contrepartie ? Rien. Sauf des chômeurs en plus. Pour conclure, les autorités algériennes semblent agir contre l’intérêt national. C’est peut-être la seule façon de comprendre cette tentation de vouloir casser les ressorts les plus efficaces de l’économie du pays.
Fayçal Métaoui