La Chine, premier fournisseur de produits informatiques de l’Algérie

La Chine, premier fournisseur de produits informatiques de l’Algérie

Abdelkader Zahar, Maghreb Emergent, 28 Février 2012

L’Algérie a importé plus de 460 millions de dollars d’équipements informatiques en 2010. Ce chiffre a presque quadruplé par rapport à l’année 2000 où le montant était d’à peine 120 millions de dollars. En 2010, la Chine vient en tête avec plus 54%, très loin devant les USA, la France, le Japon, mais également la Thaïlande, la Pologne et la République Tchèque qui figurent parmi les pays fournisseurs en produits informatiques et accessoires.

Les chiffres du Centre national d’informatique et de statistiques (CNIS) de la Douane algérienne, consultés sur le site Web de l’institution (www.douane.gov.dz/applications/stat/), montrent une constante évolution des importations de produits informatiques (au sens large) depuis une dizaine d’année. Pour les seuls positions tarifaires relatives aux « Machines automatiques de traitement de l’information et leurs unités, lecteurs magnétiques et optiques… » (code : 8471) et « Moniteurs et projecteurs (sans réception de la télévision) » (code : 8528), le montant total des importations pour l’année 2010 est de 461,368 millions de dollars dont 229,751 millions d’ordinateurs.

Partis avec 120 millions de dollars en 2000, les importations totales de produits TIC – ne sont pas compris les téléviseurs, démodulateurs et autres produits de l’audiovisuel – ont augmenté de 60% un an plus tard. Toujours par rapport à 2000, ce chiffre a été multiplié par 2,8 en 2004, pour atteindre 344,062 millions $, puis 487,65 millions $ en 2008.

Cette tendance haussière s’explique grandement par l’entrée en force de l’informatique dans les administrations publiques, dont les collectivités locales, et dans les entreprises. Mais également, et dans une moindre mesure, au sein des foyers, que certaines estimations situent à hauteur de 20% de l’ensemble du parc informatique. Ce taux aurait pu être bien plus important si l’opération Ousratic, lancée en grandes pompes en 2006, avait atteint les objectifs affichés.

Fournisseurs non traditionnels

Sur la quarantaine de pays sources, la Chine arrive en tête avec un total de 250,904 millions de dollars, soit plus de la moitié du marché des importations en équipements TIC en 2010. Il faut noter qu’en plus des produits démarqués, la plupart des grandes marques, américaines et japonaises pour la plupart, fabriquent une bonne partie de leurs ordinateurs, accessoires -audio, vidéo, support de stockages, scanners, imprimantes, mémoires, disques durs externes, flash disques- en Chine. Cela est vrai aussi pour des constructeurs dont les produits sont réputés chers comme Apple.

Toujours dans ce classement général de l’année 2010 (pour les deux positions tarifaires notées plus haut), la Thaïlande, la République Tchèque, et le R.D. de Corée arrivent respectivement en 2e, 3e et 4e position.

La Thaïlande est connue pour accueillir une industrie des disques durs, apparaissent également en bas du tableau des importations d’équipements informatiques. Les importations en provenance directe d’Allemagne, de France, des Etats-Unis, et du Japon arrivent respectivement de la 5e à la 8e position.

La baisse des prix des produits informatiques et TIC est aussi derrière la hausse significative de ces importations. Un PC de bureau qui coutait pas moins de 80.000 DA il y a une dizaine d’années est cédé actuellement à environ moitié prix, même si la qualité des produits démarqués et contrefaits laisse à désirer.

Il est à noter aussi que le volet software n’apparaît pas clairement dans les tarifs des douanes algériennes. Sans doute qu’une bonne partie des logiciels provient du piratage, mais il devrait exister quand même des importations légales, notamment en logiciels anti-virus, qui ne sont pas mentionnés avec précision dans la classification des douanes.