Bouinan, Ville nouvelle: Le projet voit enfin le jour

Bouinan, Ville nouvelle

Le projet voit enfin le jour

El Watan, 6 septembre 2006

Le Journal officiel n°45 du 9 juillet 2006 publie un certain nombre de décrets exécutifs portant déclaration d’utilité publique de trois villes nouvelles : Sidi Abdallah, Boughezoul et Bouinan.

Si les deux premiers projets d’agglomération nouvelle sont connus des Algériens qui déplorent l’incapacité des autorités concernées à leur impulser un rythme de réalisation satisfaisant, celui de Bouinan, située à proximité de Blida, constitue un vieux projet qu’on désespérait de voir un jour se réaliser. Le décret exécutif n°06-231 qui lui est consacré déclare d’utilité publique un périmètre de 350 ha appelé à recevoir certains ouvrages, équipements et infrastructures liés à l’édification de cette agglomération nouvelle. La consistance des travaux à réaliser dans ce cadre sont précisés dans son article 3 qui évoque la nécessité de réserver les terrains déclarés d’utilité publique à la réalisation des infrastructures de télécommunications, des infrastructures routières et ferroviaires, des équipements administratifs, des programmes d’habitat, des divers équipements collectifs ainsi que de l’ensemble des réseaux publics d’infrastructures de base, dont notamment les amenées d’eau et d’énergie. Une ligne de crédit est inscrite au niveau du Trésor public à l’effet d’indemniser les expropriés. ` Les décrets exécutifs 06-232 et 233 déclarent, quant à eux, d’utilité publique les terrains nécessaires à la réalisation d’équipements, infrastructures et ouvrages collectifs liés respectivement aux projets d’agglomérations nouvelles de Boughezoul (wilaya de Médéa) et Sidi Abdallah, réparties sur le territoire des communes de Mahelma, Rahmania, Zéralda et Douéra, sous tutelle de la wilaya d’Alger. Les surfaces totales devant être libérées pour la réalisation de ces nouveaux pôles urbains sont respectivement de 1800 ha pour Sidi Abdallah et de 1750 ha pour Boughezoul. Les équipements et infrastructures qui seront réalisés auront une envergure nationale (liaisons ferroviaires, université, ciberpark, stade olympique, etc.), voire internationale (aéroport international à Boughezoul). Pour les citoyens, notamment les Algérois, qui souffrent de la saturation de la capitale, l’important est d’insuffler un réelle dynamique à la ville nouvelle de Sidi Abdallah, qui avait reçu un concret début de réalisation sous la conduite de son défunt directeur général, Lies Hamidi, et qui se trouve depuis un peu plus de deux années dans une totale léthargie. Pour ce faire, il aurait fallu que ce projet grandiose soit rattaché à une haute autorité de l’Etat (président de la République, chef du gouvernement ou le ministre de l’Aménagement du territoire auxquels seront conférés tous les pouvoirs nécessaires) et non pas, comme c’est actuellement le cas à la wilaya d’Alger, qui gère Sidi Abdallah comme un quelconque chantier d’habitat.

Nordine Grim