L’Ambassadeur du Royaume Uni en Algérie, Andrew Henderson à El Khabar

L’Ambassadeur du Royaume Uni en Algérie, Andrew Henderson à El Khabar

« Nous œuvrons à améliorer l’image de l’Algérie auprès de nos investisseurs »

El Khabar, 24 juin 2008

L’Ambassadeur du Royaume Uni en Algérie, M. Andrew Henderson a affirmé dans un entretien accordé à El Khabar qu’il est nécessaire d’apporter plus de clarté sur le marché algérien. Il a indiqué que des efforts ont été consacrés pour l’amélioration de l’image de l’Algérie auprès des investisseurs. Il a également affirmé que le dossier Khelifa est entre les mains de la justice Britannique à qui il revient la décision finale.

El Khabar : Plusieurs hommes d’Affaires et représentants des compagnies Britanniques ont rendu visite à l’Algérie, à l’instar du responsable de British Telecom, toutefois, il ne s’agissait que de visites de prospection. L’investissement Britannique en Algérie a-t-il été confronté à des obstacles, et quelle est la vision des compagnies Britanniques des risques en Algérie ?

Andrew Henderson : Nous travaillons, moi personnellement, ainsi que le service commercial de l’Ambassade, à attirer de nouvelles compagnies Britanniques vers le marché algérien, et à faire connaître à ces dernières les potentialités offertes sur le marché. Il est vrai qu’il y a des défis qu’on devrait relever, dont l’amélioration de l’image qui s’est dessinée chez certains investisseurs sur la situation en Algérie. Pour parvenir à changer ces approches erronées, nous devons travailler ensemble pour arriver à convaincre les éventuels investisseurs que l’Algérie est réellement ouverte aux investissements étrangers et qu’elle en représente un marché où les compagnies étrangères pourront s’épanouir et se développer, mais pas uniquement dans le secteur des hydrocarbures.

El Khabar : Comment évaluez-vous les forces et les faiblesses dans le marché algérien ?

Andrew Henderson : Le marché algérien est prometteur et offre plusieurs opportunités aux entreprises Britanniques. A l’instar des autres marchés à travers le monde, nous avons besoin que tout soit clair. Un processus plus rapide dans le domaine de l’inscription des produits importables est en mesure de favoriser les entreprises privées, notamment dans le secteur pharmaceutique ou médical à s’installer.

El Khabar : British Petroleum est un exemple de réussite dans le domaine de l’investissement, suivi par d’autres groupes, n’est-il pas plus efficace actuellement pour les compagnies Britanniques d’investir en dehors des hydrocarbures ?

Andrew Henderson : Comme vous l’avez constaté, 41 compagnies et entreprises Britanniques ont participé à la Foire Internationale d’Alger. Toutes ces entreprises activent en dehors des hydrocarbures. Cela explique sans aucun doute que les investissements Britanniques en Algérie commencent à s’orienter vers d’autres domaines, à l’instar des produits de consommation, l’enseignement de la langue Anglaise, la formation et les prestations financières.

El Khabar : La banque Britannique HSBC a décidé de pénétrer le marché algérien, toutefois, elle a trop tardé pour avoir l’agrément, malgré l’autorisation qui lui a été accordée. Est-ce un tel retard pourrait empêcher d’autres banques à venir investir en Algérie et comment envisagez-vous la coopération financière entre les deux pays suite à la visite du Maire de Londres à Alger ?

Andrew Henderson : La bureaucratie a toujours constitué un obstacle et un frein pour les investissements. Malgré cela, les compagnies Britanniques ont reconnu qu’il y a de grandes potentialités et opportunités pout l’investissement en Algérie et qu’elles en seront présentes pour saisir ces chances. La visite du Maire de Londres a permis de donner un nouvel élan à la coopération financière entre les deux pays.

El Khabar : Est-il possible de connaître les développements de l’affaire Khalifa et le sort qui lui est réservé ?

Andrew Henderson : Tous ce que nous pourrons dire c’est que l’affaire Khalifa est actuellement entre les mains de la justice et que la décision finale revient au juge.

 

24-06-2008
Par S. Hafid/ Rubrique Traduction