Foncier agricole : L’UNPA appelle à l’arrêt des agressions sur les terres

Foncier agricole : L’UNPA appelle à l’arrêt des agressions sur les terres

El Watan, 3 août 2015

Le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, a appelé, hier, à mettre fin aux différentes formes d’«agression» que subissent les terres agricoles, commises sous le prétexte de l’«utilité publique».

Saisissant l’occasion d’une rencontre de concertation avec le nouveau ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Sid Ahmed Ferroukhi, le représentant des fellahs a demandé que la notion d’«utilité publique» soit perçue comme étant, prioritairement, celle devant renvoyer à la nécessité de garantir la sécurité alimentaire du pays.

Selon lui, beaucoup de terres à vocation agricole sont aujourd’hui menacées, notamment le long de la bande littorale, où il a fallu, dans plusieurs cas, l’intervention des plus hautes autorités du pays pour arrêter des massacres qui allaient être commis au nom de l’utilité publique.

Et de rappeler à ce propos que le programme d’extension des terres agricoles devant aboutir à la création d’un million d’hectares supplémentaires, en irrigué, doit nécessairement aller au bénéfice de la culture des pâturages et aliments de bétail pour renforcer la filière lait et ainsi diminuer la facture d’importation des produits laitiers.

L’UNPA n’a pas manqué, non plus, d’attirer l’attention du premier responsable en charge du secteur sur d’autres problèmes auxquels le monde agricole fait face, notamment ceux liés à la couverture sociale des agriculteurs, à la délivrance des actes de concession, au manque de main-d’œuvre, ou encore à la représentation des fellahs dans les instances agricoles élues. L’Union a appelé aussi à accélérer la mise en place du conseil supérieur de l’agriculture qui tarde à voir le jour, depuis sa création officielle en 2010, en l’absence de textes d’application.

Pour sa part, Sid Ahmed Ferroukhi a indiqué que la nouvelle feuille de route tracée pour le secteur s’appuie essentiellement sur «la mobilisation de toutes les forces», y compris celle représentée par l’UNPA, longtemps marginalisée en raison des conflits qui l’opposaient souvent aux différents ministres qui se sont succédé dans le secteur.

Aujourd’hui, le nouveau ministre, étant un ancien cadre du ministère de l’Agriculture et un fin connaisseur du secteur, semble avoir gagné la confiance de l’ensemble des intervenants dans le monde agricole, y compris celle de l’UNPA dont le secrétaire général s’est dit, hier, entièrement engagé à soutenir son travail, sans que cela puisse paraître comme une complaisance envers un commis de l’Etat : «Nous n’avons jamais manié ‘‘la brosse’’ pour quelqu’un, mais les compétences de l’actuel ministre parlent d’elles-mêmes», a affirmé Mohamed Alioui.
Il reste, tout de même, que beaucoup de tâches fastidieuses attendent, en perspective, le nouveau ministre de l’Agriculture.

L’héritier de l’ex-ministre Rachid Benaïssa, puisque c’est sous la responsabilité de ce dernier qu’il s’est forgé la réputation de «connaisseur des dossiers agricoles», est appelé aujourd’hui à dynamiser un secteur qui a, certes, connu des avancées considérables, sans pour autant atteindre des objectifs facilement réalisables, comme la substitution des importations par l’amélioration des rendements et le développement local de plusieurs cultures.

En s’installant dans ses nouvelles fonctions, la semaine écoulée, Sid Ahmed Ferroukhi s’est dit, en tout cas, conscient des défis qui l’attendent. Pour lui, l’une des priorités de son secteur est désormais «l’investissement privé, qui constitue la locomotive du développement pour la concrétisation des objectifs tracés».
Lyes Malki