Les aides de l’Etat étendues aux propriétaires de terres privées

Les aides de l’Etat étendues aux propriétaires de terres privées

Kamel Hamzi , Maghreb Emergent, 23 Février 2011

Création d’un nouveau fonds de garantie des crédits pour l’agriculture et les activités rurales de 20 milliards de dinars et extension des aides de l’Etat aux propriétaires des terres privées. Des mesures retenues en Conseil des ministres, hier, que le ministre de l’agriculture Rachid Benaïssa a expliqué à la radio.

Les propriétaires de terres privées bénéficieront désormais des aides de l’Etat au même titre que les exploitants des terres relevant du domaine privé de l’Etat. « Aujourd’hui, les propriétaires des terres appartenant à des privés sur lesquels des exploitations agricoles seront crées seront accompagnés. Ils doivent se déclarer au niveau de l’Office national des terres agricoles pour bénéficier des mêmes avantages avec des crédités bonifiés pour la mise en valeur des terres », a déclaré Rachid Benaissa, ministre de l’Agriculture et du développement rural, invité mercredi de la chaîne III de la radio nationale. La mesure a été retenue lors du Conseil des ministres, réuni mardi 22 février 2011, parmi une série de décisions relatives au secteur agricole. Sur base de cahier de charges sur les cultures à développer, les propriétaires ou les concessionnaires peuvent bénéficier des prêts bonifiés à hauteur de 01 million dinars par hectare pour la mise en valeur des terres et la création d’exploitations. « La concession est hypothécable. C’est une nouvelle disposition. A partir de là, l’agriculteur a accès à un crédit bonifié de 1 millions de dinars par hectare. Le bénéficiaire hypothèquera l’acte de concession Si le bénéficiaire est propriétaire, ses titres constitueront l’hypothèque », a-t-il précisé. La durée de la concession est de 40 ans renouvelable. L’agriculteur sera exonéré du paiement de la redevance de la concession pendant 10 années. « Le temps nécessaire à la mise en valeur de ses terres et à la création de nouvelles exploitations », a précisé le ministre.

Faciliter l’accès au crédit bancaire

Selon Rachid Benaissa, le nouveau dispositif sera installé et connu dans le détail début mars. « Une priorité sera accordée aux diplômés dans le domaine agricole d’une manière directe ou indirecte ainsi qu’aux enfants d’agriculteurs et d’éleveurs qui ont une certaine connaissance du secteur », a-t-il noté. Il a précisé que les dispositifs de micro crédits et d’insertion des diplômés seront mis à contribution pour développer le tissu des entreprises de services à l’agriculture, et pour améliorer le conseil aux exploitations agricoles par des compétences dans ce domaine. La relation entre producteur agricole et transformateur sera renforcée. Ainsi, des crédits bonifiés seront à terme mis à la disposition des unités industrielles agroalimentaires, comme les laiteries, qui octroieront, à leur tour, des préfinancements aux éleveurs et cultivateurs de leurs filières. Par ailleurs, un fonds de garantie des crédits pour l’agriculture et aux activités rurales sera bientôt lancé. Il sera doté de 20 milliards de dinars maximum. « Les agriculteurs se sont toujours plaints des difficultés d’accès aux crédits bancaires. Il était nécessaire de lancer un fonds de garanties des crédits, de la même manière de ce qui a été fait pour la PME. « Pour nous, c’est une grande décision car elle vient conforter toute la dynamique du renouveau agricole et rural engagée depuis 2008», a indiqué Rachid Benaissa.