Revalisation des pensions de retraite: 300.000 personnes restées en marge

REVALORISATION DES PENSIONS DE RETRAITE

300.000 personnes restées en marge

L’Expression, 22 novembre 2006

Ces travailleurs ont opté pour la retraite proportionnelle sans condition d’âge.

Catégorique, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, M.Tayeb Louh affirme, on ne peut mieux solennellement, que le dossier des augmentations des pensions de retraite est désormais clos. Lesquelles augmentations qui sont intervenues suite aux mesures prises par le premier magistrat du pays en faveur de la catégorie des retraités, concernent pas moins de 900 000 adhérents de la Fntr. Au sujet de ces derniers, le ministre Louh a déjà confirmé à la tribune de l’APN que «les augmentations décidées pour les 900.000 retraités ont été appliquées avec un effet rétroactif à compter du mois de septembre dernier».
C’est là le contenu d’une décision que le ministre du Travail et de la Sécurité sociale ne manquera pas de réactualiser en marge de la cérémonie de signature d’une convention pour la prise en charge des enfants atteints de cardiopathie congénitale, paraphée, hier, au siège du ministère entre la Cnas et l’hôpital universitaire de Genève (Suisse).
Néanmoins, il semble que ces nouvelles réévaluations à la hausse des allocations des retraités ne touchent pas l’ensemble des pensionnés. Cette mesure ne comprend pas la catégorie des retraités ayant opté pour la retraite proportionnelle sans condition d’âge et dont le revenu mensuel actuel est inférieur à 10.000DA et qui sont au nombre de 300.000. Ces retraités ne sont point concernés par les nouvelles augmentations édictées par le président de la République.
Selon les explications émises par le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, cette catégorie dont les cotisations ne dépassent pas les 15 ans de service «sont ceux qui ont quitté leur poste au sein de la Fonction publique pour aller, de leur propre gré, rejoindre le privé (…) leur allocation ne sera pas augmentée, et ils sont exclus des mesures prises par le président de la République», a-t-il fait savoir avant de ressasser que ce dossier est définitivement clos.
D’autre part, et s’agissant de la conventions paraphée hier entre la Cnas et les représentants de l’hôpital de Genève, la cérémonie de signature a été rehaussée par la présence de l’ambassadeur de Suisse en Algérie, Son Excellence Michel Gottret.
L’objectif recherché de l’Algérie à travers cette convention est, bien entendu, la prise en charge des enfants atteints de cardiopathie congénitale qui sont au nombre de 3500, répartis à travers le territoire national et ce, soit en facilitant leur transfert à l’étranger notamment en Suisse, soit par l’acquisition du savoir-faire médical à mettre en application ici en Algérie, au sein de la clinique spécialisée de Bou Ismaïl et dans d’autres cliniques privées à vocation de lutte contre cette maladie.
Quelque 1000 enfants atteints de cardiopathie congénitale sont recensés annuellement en Algérie selon le chiffre communiqué par le directeur de la Cnas, MKhenchoul Ahmed.

Karim AOUDIA