Les Algériens se marient de plus en plus

Malgré le recul de l’âge du mariage

Les Algériens se marient de plus en plus

Par : F. Aouzelleg, Liberté, 4 août 2009

Entre 2007 et 2008, les mariages ont augmenté en valeur absolue de 5 700 unions alors que cette augmentation était de l’ordre de 30 000 entre 2006 et 2007, d’où la légère baisse du taux brut de nuptialité qui passe de 9.55 pour mille en 2007 à 9.53 pour mille en 2008 soit un accroissement de 2% entre 2007 et 2008, selon un rapport de l’Office national des statistiques (ONS).

Le rapport de l’ONS révèle que l’âge moyen au premier mariage en Algérie est de 33,0 ans pour l’homme contre 29,3 ans pour la femme en 2008 alors qu’il était de 31,3 ans pour les hommes et 27,6 ans pour les femmes en 1998. Le nombre de mariages a augmenté pour atteindre 325 485 unions en 2007, et 331 190 unions en 2008. Selon l’office, au premier janvier 2009, la population de l’Algérie a franchi le seuil des 35 millions d’habitants. La situation démographique de l’Algérie en 2008 s’insère dans la tendance globale observée ces dernières années. Abordant le volet de la répartition des mariages selon la wilaya d’enregistrement, il est indiqué que la première wilaya qui enregistre le taux de mariages le plus élevé est Alger avec 35 661 unions en 2007 et 33 504 en 2008, ensuite, vient la ville de Sétif avec 16 059 unions en 2008 et en 3e position, c’est la ville de Blida avec 10 306 unions. Il indiquera également que le mois de juillet 2007 était le plus sollicité pour la célébration des mariages, soit un taux de 49 380 unions avec un taux national de 325 485 unions. Par contre, en 2006, c’était le mois d’août avec 56 367 unions pour un total annuel de 295 295 mariages. Bien que le mariage en Algérie demeure coûteux, s’ajoutent à cela la crise du logement, le chômage, le manque de moyens et autant de barrières à une vie de couple unie par les liens du mariage, tout cela n’empêche pas les jeunes (femmes et hommes) de se marier de plus en plus, même s’ils prennent tout le temps qu’il faut pour le faire. “Les jeunes se marient de plus en plus tard. Ils prennent le temps de construire d’abord leur avenir professionnel et avoir les moyens financiers. Aujourd’hui, les Algériens se marient en moyenne à 33 ans et les Algériennes à 30 (l’âge moyen au mariage était de 18 ans pour les filles en 1966)”. Le recul de l’âge du mariage s’explique également par l’amélioration du niveau d’instruction des femmes. Celles-ci sont plus nombreuses à faire des études supérieures et, chose nouvelle, les font passer avant leur vie personnelle. Les femmes instruites attendent aussi le “meilleur parti” avant de se faire passer la bague au doigt, quitte à repousser l’union. Concernant l’augmentation des mariages ces dernières années : “Il est dû essentiellement aux facilitations d’accéder au logement, surtout avec le projet AADL qui a donné la possibilité aux jeunes de se marier une fois le logement acquis”, selon M. Kherchi Yacine, responsable à l’ONS. Abordant la question du nombre de femmes déclaré plus élevé que celui des hommes, notre interlocuteur dément cette information et assure : “Il n’ y a pas plus de femmes que d’hommes en Algérie, au moins depuis 1987”.

F. Aouzelleg