Constantine : Colère, tension sur le pain, racket

Constantine : Colère, tension sur le pain, racket

par A. Mallem, Le Quotidien d’Oran, 11 août 2012

Les journées d’enfer vécues, durant la semaine écoulée, par les Constantinois, à cause des coupures d’électricité et la protestation populaire qui les ont accompagnées, ont laissé des séquelles profondes, non seulement à cause des pertes matérielles subies par les uns et les autres, mais aussi à cause des dérapages qu’elles ont fait naître. Durant la soirée de mercredi dernier, les protestations accompagnées de coupures de routes et de rues dans les quartiers de la ‘ville des ponts’, se sont poursuivies. Ainsi, les cités Zouaghi, Djenane-Ezzitoune que traverse la voie rapide allant vers le boulevard de l’Est, Bentchicou, Daksi, El- Gammas, pour ne citer que ces derniers, ont été agitées par des manifestations organisées par les jeunes qui ont dressé des barrages en fermant les voies d’accès, à l’aide d’objets hétéroclites et de pneus enflammés. Et dans certains cas, des groupes de jeunes ont profité de la situation de désordre pour racketter les citoyens.

Un habitant de la cité Zouaghi raconte que, mercredi soir après le f’tour, il a pris son véhicule pour conduire un parent souffrant et dont l’état nécessitait l’évacuation d’urgence au CHU de Constantine, mais il a été empêché de passer par des dizaines de jeunes qui ont dressé un barrage sur la route conduisant au centre-ville. Et il a dû débourser 500 dinars, comme cela lui a été exigé par un manifestant, pour être autorisé à franchir le barrage. Pour les chauffeurs de taxis, a-t-il ajouté, il a été exigé la somme de 200 dinars en guise de laisser-passer. D’autres citoyens ont signalé toutes sortes de dépassements qu’ils ont constatés de visu dans les manifestations contre les coupures de courant.

Sur un autre plan, les plus touchés par les coupures sont, bien entendu, les commerçants et surtout les boulangers, qui ont dû jeter à la poubelle la pâte à pain qu’ils ont préparée et que la chaleur a avariée. Ce qui fait que jeudi, plus de la moitié des boulangeries de Constantine, encore en activité, n’ont pas travaillé et le pain a manqué sur les étals. Contacté hier, le coordinateur du bureau de wilaya de l’Union des boulangers, M. Bouguerne a déclaré que la rareté du pain va se poursuivre durant les prochains jours et la situation ne se normalisera qu’avec l’acquisition des groupes électrogènes. A ce propos, il a annoncé que le problème vient d’être réglé avec la banque et, dimanche, la convention sera prête et signée. Tout de suite après, les fameux groupes électrogènes seront acquis auprès de deux unités de production privées, l’une basée à Seddouk, dans la wilaya de Béjaïa, et l’autre à Chlef.

Selon le représentant des boulangers, le problème de courant sera définitivement réglé dans les boulangeries avec l’arrivée de ce matériel d’équipement. Quant à l’ampleur des pertes subies, M. Bouguerne a déclaré que celles-ci sont en cours d’évaluation. «Nous n’avons pas encore reçu les rapports des boulangers, a-t-il indiqué. Il en est de même pour l’ensemble des commerçants qui ont subi des pertes».

A propos des indemnisations promises par la société de distribution de l’électricité et du gaz de l’Est, les citoyens et les commerçants ayant subi des pertes, provoquées par les coupures de courant, ont dû vite déchanter en prenant connaissance des conditions difficiles exigées par Sonelgaz et sa compagnie d’assurance pour prouver le bien-fondé d’une perte, si minime soit-elle, et pouvoir prétendre à l’indemnisation.

Sur un autre plan, signalons que jeudi aussi, 80% des journaux imprimés à Constantine n’ont pas été distribués à cause des fameuses coupures de courant qui ont touché aussi les imprimeries.

Pour calmer la population, le directeur de l’Energie et des Mines a annoncé jeudi, que la réparation du distributeur principal de Chaabersas a été complément terminée et il a donné la longue liste des quartiers où subsistent encore des coupures individuelles provoquées par des compteurs qui ont disjoncté, par des fusibles qui ont sauté, en invitant les concernés à formuler des réclamations auprès des services techniques de la SDE qui prendront en charge la réparation. A la fin, ce dernier a formulé des excuses à la population pour tous les désagréments causés par ces coupures.