Un chèque de 3.000 dinars à la place du couffin du Ramadhan

Solidarité nationale

Un chèque de 3.000 dinars à la place du couffin du Ramadhan

par Moncef Wafi, Le Quotidien d’Oran, 8 août 2009

Du nouveau pour les familles nécessiteuses pour ce Ramadhan puisque Djamel Ould Abbas, le ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l’étranger, a annoncé que dorénavant et aux lieu et place du traditionnel couffin du Ramadhan, l’Etat va octroyer un chèque postal de 3.000 DA à chaque famille recensée comme telle. Ces dernières sont à puiser parmi un fichier officiel composé de 150.000 familles possédant la carte de démuni octroyée par le ministère de la Solidarité, 700.000 autres familles inscrites sur les listes du filet social, ainsi que plus de 150.000 handicapés. L’enveloppe financière consacrée à cette opération s’élève à 3 milliards de dinars. Le couffin du Ramadhan, distribué annuellement par les pouvoirs publics aux nécessiteux au début du mois sacré, en guise d’aide et de solidarité aux personnes défavorisées, est devenu une véritable institution au fil des ans et un inextricable vivier de passe-droit et de clientélisme admis comme une excroissance maligne d’un programme initialement réservé aux plus démunis. En parallèle de ces dérives «individuelles», d’autres canaux de solidarité ont vu le jour, des voies qui ont, sous couvert d’humanisme, investi d’autres créneaux plus inavouables. A force, le vecteur de la solidarité a été dévoyé par ses tenants pour en faire une arme de dissuasion électorale.

Pour rappel, cette nouveauté dans le paysage de la misère nationale a été évoquée dernièrement par le ministre de tutelle, au Conseil de la nation, en marge de la séance plénière consacrée aux questions des sénateurs. Pour plus de détails, citons que les bénéficiaires de cette aide pourront ainsi en disposer à leur guise et en fonction de leurs besoins, selon les précisions du ministre. Concernant le nombre de personnes inscrites sur les listes des bénéficiaires de cette opération, il est estimé, selon Ould Abbas, à un million de personnes. Cependant un bémol est mis quant à la réussite de cette conversion, l’octroi de ces aides financières devra être soumis à un contrôle très rigoureux afin d’éviter les détournements comme cela se faisait dans les années précédentes. Il convient de rappeler, à ce propos, qu’une enquête menée par le département de Ould Abbas a permis de débusquer pas moins de 70.000 bénéficiaires illégaux sur un total de 750.000 au niveau national, durant l’année en cours. Pour éviter pareilles dérives et permettre aux vrais nécessiteux de bénéficier de ces aides, des instructions très fermes ont été données aux responsables locaux afin de veiller au bon déroulement de ces opérations. Le ministre précisera également que les restaurants de la «Rahma» demeureront ouverts tout au long du mois sacré, où les nécessiteux et les passants pourront bénéficier à titre gracieux, d’un repas chaud et équilibré. Pourtant, des voix s’élèvent pour s’interroger sur la manière et le barème décidé pour arrêter cette somme lorsqu’on sait que les prix s’envolent pour les produits de base à chaque Ramadhan. Par ailleurs, et toujours dans le cadre de la solidarité, Ould Abbas a lancé un appel aux citoyens et associations pour orienter les sans-abri vers les 36 centres pour personnes âgées à travers le pays. le ministre a souligné que «l’Etat a les moyens de prendre en charge les sans-abri aux côtés des personnes âgées». «La capacité d’accueil de chacun de ces centres est de 120 à 200 personnes», a ajouté le ministre qui a précisé que les sans-abris peuvent rejoindre ces centres soulignant que «la loi interdit de les faire admettre de force».