Le gouvernement face aux propriétaires des biens saccagés par le terrorisme

Réconciliation Nationale

Le gouvernement face aux propriétaires des biens saccagés par le terrorisme

Slimane.H, El Khabar, 18 septembre 2005

Des chiffres officiels montrent que les dommages provoqués par le terrorisme sont estimés à plus de 20 milliards de dollar, y compris les propriétés privées. La charte pour la paix et la réconciliation nationale a désigné certaines catégories qui peuvent bénéficier des indemnisations attribuées par l’état, telles les familles des disparus, les pauvres familles de terroristes et les terroristes repentis, qui avaient été licenciés de leurs postes de travail.
Depuis le début de la crise sécuritaire, l’état a octroyé les aides financières aux victimes du terrorisme dont le nombre a atteint, selon les déclarations du président de la république, environ 200 mille victimes. C’était dans le cadre de l’article 95 du décret relatif au dédommagement des victimes du terrorisme.
Mais dans ce décret, l’état a exclu d’indemnisation les propriétés industrielles, agricoles et commerciales détruites par des terroristes. Dans son discours devant les membres du parlement, au mois d’ avril 2003, le ministre de l’intérieur Noureddine Yazid Zerhouni a expliqué cette anomalie dans l’application de la loi par l’absence d’une évaluation globale de la situation qui nécessite, selon lui, une recherche précise.
L’état a préféré accorder la priorité dans les indemnisations aux personnes endommagées par le terrorisme et leurs familles et remettre la question du dédommagement des propriétés saccagées.
Bien que, la constitution ne fasse pas de différence entre la sûreté des personnes et celle de leurs biens. Si l’indemnisation des victimes du terrorisme a atteint, selon les chiffres du ministère de l’intérieur, plus de 31 milliards de dollar, certaines sources, au même ministère et qui sont au fait de ce dossier ont indiqué qu’une évaluation partielle dans la wilaya de Ain Defla, par exemple, qui a été très endommagée par le terrorisme donnent le montant de 2.2 milliards de dinar de dommages dans les propriétés.
Cette évaluation peut être généralisée au moins à 14 autres wilayas qui avaient été classées, sous le Président Lamine Zeroual, comme wilayas sinistrées.
A Noter que l’actuel ministre des finances, Morad Medelçi, a déclaré lors d’ un rassemblement; avant-hier ; dans la wilaya de Bouira, que l’état a les moyens financiers nécessaires pour indemniser tous ceux qui ont été endommagés par le terrorisme.
Medelçi a affirmé « je parle en ma qualité de ministre des finances ».
Est-ce une simple déclaration dictée par les besoins de la campagne en faveur du prochain référendum sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale ? Des sources bien-informées ont insisté que l’état est incapable de dédommager les propriétaires des magasins, des complexes industriels ou des exploitations agricoles qui avaient été ruinée par le terrorisme, pendant les dix dernières années, parce que les dégâts sont estimés à des milliards de dinars.