L’accès aux logements social participatif et rural désormais plus facile

L’accès aux logements social participatif et rural désormais plus facile

L’Etat porte à 70 millions de centimes l’aide accordée aux demandeurs

Par Kamel Aït Bessaï, Le Jeune Indépendant, 5 août 2008

Le gouvernement vient de prendre une série de mesures destinées à dynamiser la politique nationale de l’habitat, en exécution des directives émises par le président de la République lors de l’examen du dossier du logement au Conseil des ministres du 23 juillet dernier, ont indiqué hier les services du chef du gouvernement dans un communiqué rapporté par l’APS.

La première mesure concerne le montant de l’aide financière de l’Etat pour l’accès au Logement social participatif (LSP) ou pour la construction d’un Logement rural (LR), qui est désormais relevé de 500 000 à 700 000 DA par bénéficiaire.
Cette mesure «prend un effet immédiat, y compris pour les projets dont les dossiers ont été déposés depuis le 1er avril 2008 et dont les travaux ne sont pas encore lancés», précise la même source.
Le nouveau dispositif stipule également que l’aide financière de l’Etat pour l’accès au Logement rural est désormais étendue aux travaux de réparation ou d’extension des habitations.
Les montants de l’aide financière publique «seront, dans ce cas, déterminés selon la consistance du dossier soumis, et dans les limites maximales de 700 000 DA». Cette mesure est destinée «à encourager notamment le retour des populations ayant évacué leurs hameaux durant les années de déchaînement du terrorisme», explique la même source. Le bénéfice de l’aide publique à la construction, à l’aménagement et à l’agrandissement du Logement rural «est conditionnée par la présentation de la preuve que ladite demeure est la résidence principale du demandeur, et de l’engagement qu’elle ne sera pas cédée pendant une période déterminée», ajoute le communiqué. En outre, «l’accès à l’aide financière publique pour le Logement rural n’est désormais plus conditionnée par la présentation du titre de propriété de l’assiette foncière destinée à accueillir la construction ou sur laquelle se trouve la demeure à aménager ou à élargir».
En l’absence du titre de propriété, les communes, habilitées par la loi et la réglementation, délivreront un document nommé «certificat de possession» qui remplacera le titre de propriété.
Ces nouvelles mesures «ne manqueront pas d’accélérer la réalisation du Logement social participatif», note la même source, soulignant que les dites mesures permettront également de «dynamiser l’habitat rural dans le but de stabiliser la population des campagnes, objectif pour lequel l’Etat mobilise d’importants moyens dans le cadre de la politique de développement rural».
Parallèlement, « le gouvernement poursuit la préparation d’autres mesures découlant des directives émises par le président de la République en juillet dernier afin de renforcer les efforts publics destinés à résorber le déficit national en logements de toutes catégories », indiquent encore les services du chef du gouvernement. Le Jeune Indépendant avait, dans son édition du 12
mai 2008, rapporté qu’un décret exécutif fixant les nouvelles modalités d’attribution du logement social, baptisé dans ce texte Logement public locatif (LPL) exclusivement réservé aux ménages dont le revenu mensuel n’excède pas 24 000 DA, a été publié dans le Journal Officiel. Le texte prévoit, en premier lieu, la création, au niveau des daïras, d’une commission d’attribution de logements et, au niveau du ministère de l’Habitat, d’un fichier national du logement. K. A. B.