Un tribunal parisien condamne à cinq ans de prison Rafik Khalifa

Un tribunal parisien condamne à cinq ans de prison Rafik Khalifa

Boualem Alami, Maghreb Emergent, 7 octobre 2014

Le procès laisse plus de zones d’ombres que de réponse, selon des magistrats français

Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts de Seine) a condamné ce mardi l’ex-golden boy algérien Abdelmoumen Rafik Khalifa à cinq ans de prison ferme. Le parquet avait, en juin denier, demandé 3 ans de prison pour notamment dissimulation d’actifs.

Le Tribunal correctionnel de Nanterre n’a pas suivi la requête du parquet, qui avait demandé trois ans de prison ferme contre le patron de l’empire Khalifa, Abdelmoumen Rafik Khalifa: il a prononcé une peine d’emprisonnement de cinq ans ferme. Mais, le jugement de l’affaire a été mené par défaut, l’Algérie n’ayant pas répondu à la requête du tribunal parisien qui voulait entendre cet homme qui était un des sponsors du club de football de l’Olympique de Marseille. En fait, le tribunal de Nanterre a condamné Rafik Khalifa pour avoir organisé le pillage de son groupe juste avant sa liquidation, en « le vidant de certains de ses actifs les plus significatifs ». La justice française enquêtait particulièrement sur la disparition de trois avions d’une valeur de plus de 5 millions d’euros, et la vente en totale opacité d’une luxueuse propriété à Cannes de 5.000 m2 à 16 millions d’euros, alors qu’elle a été achetée à 36 millions d’euros. Une luxueuse propriété de trois villas à Cannes, où Rafik organisait des soirées mondaines avec la participation de stars françaises du  »showbiz », qu’il payait. Mais, le procès n’a pas révélé l’origine de sa fortune ou le nom de ses anciens associés. Il laisse plus de zones d’ombres que de réponse, selon des magistrats français.

Les questions de fond demeurent

Dix autres personnes proches de Rafik Khalifa avaient été également jugées dans cette affaire: son ex-femme, un notaire, d’anciens représentants de l’entreprise en France et un constructeur et équipementier aéronautique. Trois de ces co-accusés ont été relaxés, les autres ont écopé de peines allant de six mois de prison avec sursis à six mois ferme. Selon une avocate des parties civiles, Elisabeth Maisondieu-Camus,  »ce jugement est une grande déception pour tous les Algériens qui se sont constitués parties civiles dans ce dossier ». Elle ajoute:  »’le tribunal a jugé leur demande irrecevable, pourtant ils ont été ruinés dans cette affaire ». L’affaire Khalifa avait éclaté en 2002 après l’arrestation à l’aéroport d’Alger de deux collaborateurs en possession de deux millions d’euros. En novembre 2002, les opérations de Khalifa Bank sont suspendues à la suite de malversations et, début 2003, le groupe est placé en liquidation. C’est le début du scandale Khalifa. Cité par l’AFP, un des proches de l’ex-patron de Khalifa Airways, qui assistait aux débats au tribunal de Nanterre, lançait cette remarque:  » »il était devenu trop encombrant pour le régime et il a choisi le mauvais cheval » en soutenant Ali Benflis contre Abdelaziz Bouteflika pour la présidentielle de 2004 ». Réfugié en Grande-Bretagne en 2003, l’ex-golden boy algérien est arrêté en 2007 et extradé vers l’Algérie en décembre 2013. Incarcéré à la prison d’El Harrach, près d’Alger, et condamné à la prison à vie par contumace, il attend d’être entendu par la justice algérienne. Le préjudice financier qu’il aurait causé à l’Algérie est évalué entre 1,5 milliard et 5 milliards de dollars.