Affaire Khalifa : Les révélations du journal Le parisien

Affaire Khalifa : Les révélations du journal Le parisien

Depardieu, Deneuve et les autres…

Par Hassan Moali, Liberté, 7 février 2005

Outre l’acteur et la comédienne, de très nombreuses personnalités françaises du showbiz, comme Bernard Montiel, ou Sophie Favier sont soupçonnées d’avoir bénéficié des “enveloppes” de l’ex-milliardaire.

Se basant sur une perquisition effectuée dans les locaux de l’agence de communication de Khalifa, la police a découvert un autre pot aux roses. Selon le quotidien Le Parisien, qui a révélé l’information, une liste de stars emblématiques du cinéma, de la télévision et du showbiz français auraient également perçu des sommes mirobolantes de la part du milliardaire algérien, moyennant juste une présence parmi les invités VIP, lors des différentes manifestations organisées par Abdelmoumène Khalifa.
Ainsi, la comédienne Fiona Gelin, l’animatrice de télé, Sophie Favier, l’ex-présentatrice de Célébrités sur TF1, Alexandra Bronkers, l’ex-femme de Johnny Hollyday, Adeline Blondiau, et Tonya Kinsinger, une comédienne américaine de la série Sous le soleil auraient toutes reçu 3 000 euros chacune, précise encore Le Parisien. Et ce n’est pas fini ! L’épouse de Christophe Dechavanne, Mario, l’ex-vedette de la Star Academy et l’animateur célèbre de TF1 Bernard Montiel, ont perçu respectivement des cachets de 4 000, 4 580, et 6 000 euros. Et Khalifa a dû casser sa tirelire pour s’assurer les “services” de la petite fille du mythique Charlie Chaplin, Dolorès et Amira Casar, actrice du film La Vérité si je mens. Ces deux stars auraient coûté 9 150 et 15 250 euros.
Contacté par Le Parisien pour savoir si elles ont véritablement empoché ces sommes importantes, Bernard Montiel et Alexandra Bronkers ont confirmé avoir participé aux soirées mondaines et autres manifestations organisées par l’homme d’affaires algérien mais ont nié avoir été payés pour cela.
Mais Claudine Stolz, la chargée de communication de Khalifa, a fini par déclarer, après avoir été interrogée plusieurs fois par la brigade financière : “Ces enveloppes étaient destinées à Fiona Gelin, Sophie Favier, Alexandra Bronkers, Bernard Montiel, Adeline Blondiau, Dolorès Chaplin, Amira Casar et Tonya Kinsinger.” Au total, ce sont 45 000 euros en espèce qui ont été versés par Khalifa Abdelmoumène à ces invités de marque, notamment lors du fameux match entre l’équipe nationale algérienne et l’Olympique de Marseille, a reconnu Claudine Stolz devant les enquêteurs.
Mieux, elle révèle d’autres noms de personnalités non moins célèbres qui auraient également “mangé dans la main” de Khalifa, à l’image de Stéphanie Lang et Mario, à qui elle reconnaît avoir remis des enveloppes, mais aussi Anthony Delon qui a empoché, d’après elle, 3 000 euros sans figurer sur la liste des invités.
La même source révèle aux enquêteurs cités par Le Parisien qu’elle a remis les enveloppes dans l’avion à destination d’Alger, en vol entre Le Bourget et l’aéroport Houari-Boumediene pour certains. Pour d’autres, ce sont leurs agents qui étaient venus récupérer l’argent chez la chargée de communication de Rafik Khalifa. Ceci pour le match. S’agissant de la soirée de septembre 2002, consacrant le lancement de Khalifa TV, à Paris, l’enquête citée par le journal ajoute à la longue liste des heureux bénéficiaires de la générosité de Khalifa, les noms de l’actrice Béatrice Dalle et du top model Adriana Karembeu qui ont perçu respectivement 7 625 et 30 000 euros pour leur présence.
Le Parisien cite, par ailleurs, les noms de quelques grosses pointures françaises qui ont été invitées aux différentes soirées mais qui se défendent d’avoir perçu le moindre euro des mains de Khalifa. Il s’agit notamment de l’ex-ministre français de l’Éducation, Jack Lang et sa femme, du très célèbre chanteur Patrick Bruel et de la présentatrice télé, Daniela Lumbroso, entre autres. La justice française va-t-elle s’intéresser à cette nouvelle liste de personnalités après avoir mis en examen Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, s’interroge Le Parisien.
Le journal note que la juge Prévost-Desprez qui a été promue vice-présidente du tribunal de Nanterre vient officiellement d’abandonner le dossier. S’agit-il d’un indice que cette affaire qui éclabousse le gratin de la haute société française, devrait être étouffée ? Le Parisien rapporte une information selon laquelle la chambre de l’instruction de Versailles a été saisie d’une demande d’annulation émanant d’un panel d’avocats chargés de l’affaire. L’audience, qui se déroulera mercredi prochain, renseignera, à coup sûr, sur les intentions de la justice française vis-à-vis de cette affaire.