168 000 déposants indemnisés par le liquidateur de Khalifa

168.000 DEPOSANTS INDEMNISES PAR LE LIQUIDATEUR DE KHALIFA

Les détenteurs de bons de caisse mis en demeure

 Le Quotidien d’Oran, 9 décembre 2004

Les détenteurs des bons de caisse souscrits auprès de la banque privée Khalifa Bank ont jusqu’au 18 du mois en cours «pour remettre leurs titres aux services de la liquidation en justification des créances correspondantes», a-t-on appris hier auprès du liquidateur de ladite banque. «Passé ce délai, aucune opération de remise de bons de caisse ne pourra être acceptée et nul ne pourra s’en prévaloir que par voie judiciaire», a indiqué la même source. On ajoute aussi «qu’exception faite, les bureaux de la structure d’accueil resteront ouverts du 14 au 16 décembre 2004 jusqu’à 22 heures». En effet, la clôture de cette opération de remise sera attestée, selon notre source, «sur la base d’un inventaire des bons de caisse reçus par voie d’huissiers de justice et que seul cet inventaire sera pris en considération par la liquidation dans les travaux de validation de la dette et de son apurement». Cette sortie médiatique n’est pas la première du genre, puisqu’il y a à peine un mois et demi, le liquidateur a rendu public un communiqué à travers lequel il informe «tous ceux qui détiennent des créances auprès de Khalifa Bank de se manifester conformément à la date fixée». Au même titre que les détenteurs des bons de caisse, les autres créanciers de la banque ont été limités dans le temps, à savoir une fois la date fixée arrivée à expiration, ces derniers n’ont d’autres recours que la justice.

Pour rappel, le liquidateur de la banque avait déclaré dernièrement que cette catégorie de clients, en l’occurrence les gros déposants, «ont droit, au même titre que les petits déposants, à l’indemnisation». Pour cela, avait dit M. Badsi, «ils doivent déclarer leurs créances aux services de liquidation et attendre les opérations de vérification pour corroborer les déclarations avec les comptes et les compatibilités existantes». Mais ce n’est pas pour autant que les grands déposants empocheront leur argent. Selon le liquidateur de Khalifa Bank, le processus d’épuration «se fera en fonction des ressources récoltées de la vente des actifs de la banque». C’est dire que rien n’est joué, mis à part le fait que 9.000 déclarations de grands déposants sont déjà enregistrées et attendent «que l’opération de recensement prenne fin et entamer ainsi les éventuels remboursements». Outre cette catégorie, l’opération de remboursement devra toucher également des épargnants d’outre-mer. Et c’est à ce niveau que le plus important des dépenses devra être consenti, «car il ne s’agit pas seulement d’indemniser des épargnants émigrés, mais également les opérateurs ayant effectué des opérations commerciales». Ceci dit, on apprend auprès du liquidateur Khalifa Bank que 168.000 personnes ont été indemnisées avec un plafond de 600.000 DA, y compris celles ayant déposé des montants supérieurs à cette somme. On ajoute aussi que «tous les créanciers, privés algériens ou étrangers, sont traités sur un pied d’égalité».

M. A