Khalifa sera-t-il extradé verslLa France ?

La Justice Britannique Tranche Aujourd’hui

Khalifa sera-t-il extradé vers la France ?

par Hamid Guemache, Le Quotidien d’Oran, 29 Août 2007

Rafik Abdelmoumène Khalifa sera-t-il extradé vers la France ?

La justice britannique décidera aujourd’hui du sort de l’ex-magnat en statuant sur la demande d’extradition de Paris.

Début août, à l’issue de l’audience devant le tribunal de Westminster à Londres, le juge Anthony Evans a annoncé la mise en délibéré de sa décision sur l’extradition au 29 août et le maintien en détention du golden boy déchu, déjà condamné en mars dernier par contumace à la réclusion à perpétuité par le tribunal de Blida lors du procès de la banqueroute de l’ex-Khalifa Bank.

Rafik Khalifa, 40 ans, a été arrêté le 27 mars en Grande-Bretagne où il s’était réfugié, dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen délivré par le Tribunal de grande instance de Nanterre (région parisienne). La justice française enquête sur des malversations présumées survenues au sein du groupe Khalifa, dans les ex-sociétés Khalifa Airways, Antinéa Airlines, et Khalifa Rent-a-Car (KRC, location de voitures), toutes enregistrées en France. Le parquet de Nanterre a ouvert fin 2003 une information judiciaire pour « abus de confiance, banqueroute par détournement d’actifs, banqueroute par dissimulation de comptabilité, blanchiment en bande organisée ». Mais, selon Richard Job, un de ses avocats, Rafik Khalifa ne peut être extradé comme le demande la France car, il n’y est pas personnellement mis en cause. « Le tribunal doit protéger ses droits. Une personne ne peut être extradée que si elle est poursuivie, pas pour être interrogée », a-t-il affirmé, soulignant que « M. Khalifa n’est pas accusé en France ».

L’argument a été balayé par le représentant de la justice française, Mark Summers, selon qui, l’établissement d’un mandat d’arrêt par la France signifiait que la justice française entendait le poursuivre. Aucun juge français n’a entendu Rafik Khalifa en vue d’une éventuelle mise en examen car il ne se trouve pas sur le territoire français. Selon Mark Summers, M. Khalifa est soupçonné d’avoir détourné de l’argent, des titres et des actifs appartenant aux compagnies du groupe Khalifa, causant ainsi leur liquidation et le licenciement de plus de cent salariés et laissant une dette de plus de 90 millions d’euros. Trois personnes ont été mises en examen fin mai en France dans cette affaire, dont la femme de Rafik Khalifa.

Rafik Khalifa avait édifié un empire diversifié dans la banque, le transport aérien, le bâtiment, l’immobilier, la télévision et la location de voitures de luxe. Le groupe Khalifa a été démantelé en 2003 après la faillite de Khalifa Airways et la liquidation de Khalifa Bank.

L’Algérie cherche elle aussi à obtenir son extradition mais la justice britannique n’a pas reçu de demande d’extradition, ont affirmé les avocats de M. Khalifa. Le ministre de la Justice a déclaré à maintes reprises que le dossier d’extradition de Rafik Khalifa de Grande-Bretagne vers l’Algérie « avance bien ».