Algérie-Niger: Négociations autour de projets pétroliers

Algérie-Niger

Négociations autour de projets pétroliers

El Watan, 18 janvier 2006

L’Algérie et le Niger doivent signer un procès-verbal de coopération lundi prochain, selon le ministère de l’Energie et des Mines. La signature de ce document interviendra à la fin de la visite officielle qu’effectue depuis hier en Algérie le ministre nigérien des Mines et de l’Energie, Mohamed Abdoulahi.

Hier, le ministre nigérien a eu des discussions avec M. Chakib Khelil sur les projets existants entre les deux pays et ceux qui sont en négociation, selon une information rapportée par l’APS. Parmi ces projets, il faut citer le contrat d’exploration décroché par Sonatrach sur le bloc Aljado et qui attend l’approbation des autorités du Niger ainsi que le projet de gazoduc transafricain (Nigal) qui doit relier le Nigeria à l’Algérie via le Niger. Sonatrach a signé déjà au mois de juin 2005 un contrat d’exploration d’hydrocarbures de 29,5 millions de dollars sur le bloc Kafra (23,737 km2). Une convention pour le bloc de Tamasna qui nécessitera un investissement de 29 millions de dollars sur 9 ans a été aussi signée, selon une source de la compagnie. Les travaux sur le bloc de Kafra doivent débuter dans quelques semaines selon la même source. Lors de son séjour en Algérie, le ministre nigérien doit visiter les installations pétrolières du gisement géant de Hassi Messaoud et les sièges des filiales des services pétroliers, forage, travaux aux puits, géophysique… de Sonatrach. Il visitera également l’Institut algérien du pétrole et le Centre de recherche et de développement de Sonatrach. Cette dernière avait signé le 9 juin 2005 un contrat de prospection et de recherche d’hydrocarbures sur le bloc Kafra au Niger. Le contrat avait été signé par le PDG, Mohamed Meziane, et le ministre des mines et de l’énergie du Niger, Mohamed Abdoulahi, en présence du ministre algérien, Chakib Khelil. Le bloc Kafra est situé à la frontière algéro-nigérienne et est mitoyen du permis de prospection Tafassasset détenu par Sonatrach, en territoire algérien. Le permis de Kafra au Niger, d’une superficie de 23,737 km2, « bénéficie d’un environnement pétrolier favorable (découverte d’huile, plus au sud dans le bloc Agadem) », selon Sonatrach. Les engagements minimums des travaux, qui s’étalent sur 12 ans, réalisables en trois périodes de 4 années chacune, consistent en la réalisation de 1000 km de sismique et deux puits d’exploration pour la deuxième période (optionnelle) et 400 km et un puits d’exploration pour la troisième période (optionnelle). L »investissement global du contrat est de 29,5 millions de dollars, dont 6 millions pour la première période ferme de quatre ans, 15 millions pour la deuxième période et 8,5 millions pour la troisième. Il s’agit du deuxième permis d’exploration que Sonatrach a acquis en Afrique en 2005, après celui de la Libye.

Liès Sahar