Ghardaïa : Les mères et épouses des détenus manifestent à Guerrara

El Watan, 19 novembre 2014

Guerrara, ce mercredi, une quinzaine de femmes, mères, épouses et sœurs de détenus malékites jugés et condamnés par le tribunal d’Oued Souf sont sorties pour le deuxième jour consécutif crier leur colère et exiger la libération de leurs proches affirmant qu’ils « n’avoir rien à se reprocher sinon d’avoir défendu leur honneur en s’opposant aux agresseurs qui voulaient détruire leurs domiciles ».

Criant de tous leurs poumons des slogans tels que « où est la justice lorsque des innocents sont en prison et des criminels en liberté » ou alors « nos enfants sont des innocents, M. Sellal ». Elles ont marché sur plus de 2 km à travers les quartiers de Aïssat Iddir et El Moudjahidines déployant des pancartes reprenant les mêmes slogans avant de s’arrêter face au siège de la daïra de Guerrara où elles ont tenu un sit-in d’une heure avant de refaire le même trajet retour.

Jeudi à Oued Souf

Les femmes de Guerrara ne s’arrêteront pas là. Elles affirment qu’elles se déplaceront jeudi en compagnie de centaines de personnes à bord de 4 bus commandés pour la circonstance afin d’aller à Oued Souf, soutenir leurs enfants qui vont être jugés en appel le 20 novembre par le tribunal criminel de la ville éponyme.

A titre de rappel, la cour d’Oued Souf a prononcé dans son jugement du 4 novembre dernier une sentence de réclusion à perpétuité pour deux frères de 18 et 22 ans pour « atteinte, destruction et incendie de bien publics et privés et « agression envers les forces de l’ordre. »

Retour sur l’affaire

Les mis en cause sont poursuivis dans le cadre des évènements qui se sont produits en novembre 2013 à Guerrara après la sortie des supporters du stade de l’amitié où une rencontre entre deux équipes locales venait d’avoir lieu. Si dans le stade tout s’était très bien passé, ce n’était pas le cas dehors puisque de violents affrontements se sont produits entre les jeunes des deux communautés provoquant la mort d’un jeune habitant. Ces violences ont été le détonateur d’affrontements qui ont embrasé la région pendant près d’un an provoquant 6 autres décès, des centaines de maisons, de commerces et d’édifices publics détruits, tant à Berriane qu’à Ghardaïa.

Depuis, la région a été mise sous étroite surveillance sécuritaire avec le déploiement de milliers de policiers et de gendarmes. Pour rappel à Guerrara, 20 personnes ont été arrêtées, mises sous mandats de dépôts et transférés dans les prisons de Laghouat, Sétif, Oued Souf, Biskra et Saida et seront ainsi jugés par les cours de justices de ces sièges de wilaya. Ces décision de dispatching de prisonniers auraient été prises par les autorités pour, nous dit on, d’une part séparer les prisonniers et d’autre part éloigner ceux ci du lieu de leurs résidences pour éviter que leurs proches assiègent leurs lieux de détentions et surtout de leur jugement in situ.
K. Nazim

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org