Ghardaïa : Trois ans de prison ferme requise contre un habitant de Berriane

El Watan, 7 novembre 2014

Salah Dabouz, avocat et président de la Laddh, qui suit certaines affaires de près à Ghardaïa, dénonce, encore une fois, ce qu’il appelle «abus de pouvoir des services de sécurité dans cette région».

D’après les témoignages recueillis, le domicile de Abdelhamid Debbouz, 54 ans, père de 12 enfants, originaire de Berriane et commerçant à Hassi Messaoud, emprisonné et poursuivi en justice depuis plus de trois mois, a été «occupé illégalement» par la police. Accusé d’«attroupement», son affaire a été jugée mercredi dernier. Le procureur de la République a requis trois ans de prison ferme. «Abdelhamid a été informé par ses voisins et proches du saccage de son domicile à Berriane, qui serait utilisé comme refuge pour les individus participant à des affrontements, ce qu’a lui-même constaté», explique Me Dabouz.

«En allant déposer plainte, des policiers, après l’avoir identifié, lui ont suggéré de les attendre chez lui. En arrivant, ils l’ont tabassé et embarqué sans toutefois en expliquer les raisons.» Me Dabouz se dit intrigué par la tournure qu’a pris l’affaire de Abdelhamid Debbouz. «Le pire est qu’après l’avoir mis sous mandat de dépôt, son domicile a été confisqué et transformé en centre de commandement. Il a été même constaté par un huissier de justice sur ordre du président du tribunal de Berriane et confirmé par la sûreté de la daïra», précise-t-il.

Après l’affaire de Youcef Ould Dada qui a été condamné, en septembre passé à Ghardaïa, à deux ans de prison ferme pour avoir diffusé une vidéo du vol d’un magasin par trois policiers, Abdelhamid Debbouz risque, lui aussi, de connaître le même sort. Son verdict est prévu pour le 12 novembre. «Je trouve que les abus de la police dépassent l’imaginable à Berriane. C’est un dépassement très grave. Les autorités sont au courant de la situation mais continuent à fermer les yeux», dénonce-t-il.

Meziane Abane

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org