Nouvelles offres pour les syndicats de l’éducation et la santé

Le gouvernement tente de désamorcer la crise

El Watan, 7 avril 2018

La ministre de l’Education nationale évoque une série d’instructions ministérielles «données sur orientation du président Bouteflika» portant, notamment, sur le traitement de l’épineux dossier de la promotion.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, désamorce la crise qui secoue son secteur depuis le début de l’année. Alors qu’une grève est prévue pour lundi prochain, la première responsable du secteur de l’Education anticipe en annonçant des mesures concrètes qui peuvent peser dans la décision des membres du conseil national du Cnapeste qui a appelé à ce débrayage.

Ce dernier devrait se réunir, aujourd’hui, pour examiner les résultats de la réunion de mardi dernier avec la ministre.
Les annonces de Mme Benghabrit constituent, en tout cas, une avancée.

En effet, la ministre, confortée par le dernier remaniement ministériel, a annoncé «ces bonnes nouvelles» aux représentants des syndicats réunis jeudi dernier à Alger. Lors de cette rencontre, elle a informé, effectivement, les responsables des syndicats de la mise en œuvre de certaines mesures en réponse aux revendications des travailleurs du secteur et des enseignants.

Parmi ces mesures, la ministre évoque une série d’instructions ministérielles «données sur orientation du président Bouteflika» portant notamment sur le traitement de l’épineux dossier de la promotion. «Des orientations ont été prises en dépit de la crise, en consécration du principe de l’attachement à la politique de la solidarité nationale et à la justice sociale», se félicite-t-elle, qualifiant ces nouvelles procédures d’«importantes».

Selon la ministre, la promotion durant «2018 et 2019 se fera selon la modalité suivie durant les années 2015, 2016 et 2017». «Cette procédure permettra à la commission installée au niveau du ministère, composée de représentants des partenaires sociaux, de veiller sur la transition de la promotion sociale au mérite pédagogique», souligne-t-elle.

La deuxième mesure annoncée porte sur «l’application du décret présidentiel promulgué en 2014, qui touchera 8 filières du secteur, ainsi que 21 corps sur un total de 28, et 26 grades sur 46». «Ces nouvelles procédures constituent un acquis collectif à même de pallier certains dysfonctionnements au niveau du secteur», indique encore Nouria Benghabrit.

La mise en œuvre de ces procédures, poursuit-elle, «permettra de restaurer la stabilité du secteur et de consacrer la dignité de plusieurs catégories», affirmant que «d’autres revendications ont été débattues avec les syndicats pendant quatre années». «Nous visons une école ouverte et de qualité en nous appuyant sur une politique de formation qui concerne toutes les catégories», rappelle-t-elle.

Boycott de l’intersyndicale et présence du Cnapeste

La rencontre de jeudi dernier s’est tenue en l’absence de la majorité des syndicats de l’éducation, dont le Snapest, l’Unpef, le CLA et le Satef. «Il s’agit d’un malentendu. Ces syndicats concernés se sont retirés de la rencontre après avoir appris que la réunion était pour l’annonce des nouvelles mesures et non pas une séance de dialogue pour débattre de certaines revendications», souligne la ministre, précisant que le ministère «ne cède pas à la surenchère».

Présent, le coordonnateur national du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), Salim Oualha, salue la mise en œuvre du décret présidentiel concernant la promotion des enseignants de l’enseignement primaire de la catégorie 11 à 12.

«La réunion d’aujourd’hui avec la ministre de l’Education nationale était non programmée au préalable et a porté sur l’annonce des nouvelles mesures dans différents domaines et plusieurs résultats, dont le dossier de promotion qui sera mis en œuvre par décision du président de la République durant 2018 et 2019, au même titre que les trois dernières années», a-t-il dit, ajoutant que «45 000 promotions annuelles ont été enregistrées durant les deux dernières années».

Madjid Makedhi

 
Version imprimable
Luttes syndicales  
www.algeria-watch.org