Vers un durcissement de la protestation

Le Cnapest poursuit sa grève

El Watan, 12 mars 2015

La grève entamée le 16 février se poursuit et des actions de protestation l’accompagneront probablement dans les jours qui viennent.

Plus de trois semaines de grève dans les écoles dont la fin ne semble pas proche. Le syndicat, qui regroupe le plus grand nombre d’adhérents (près de 80 000) refuse d’abdiquer. Si la Coordination des syndicats de l’éducation (CSE) – qui regroupe sept syndicats – a décidé de geler son mouvement de grève, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapest) a décidé, pour sa part, de poursuivre son mouvement de protestation, voire de le durcir. La grève, entamée le 16 février dernier, se poursuit donc et des actions de protestation l’accompagneront probablement dans les jours qui viennent.

Lors d’une réunion extraordinaire tenue hier (et qui s’est poursuivie tard dans la soirée) pour évaluer le procès-verbal signé dimanche dernier par le ministère de l’Education nationale et le syndicat, le mot d’ordre de maintien de la grève était en vigueur. «35 wilayas sont pour la poursuite de la grève et même pour le durcissement de la protestation par des actions d’accompagnement», expliquait hier Nouar Larbi, le coordonnateur national du syndicat.

Et d’ajouter : «Le contenu du PV signé par le ministère n’a tout simplement pas convaincu et n’a pas répondu à nos revendications, notamment concernant le dossier de la médecine. Les enseignants ne sont pas contents ni convaincus…» Le syndicat conditionne le gel de la grève par la satisfaction de ses revendications. Parmi ses attentes, «les promotions systématiques aux nouveaux grades et aux postes d’enseignant principal et d’enseignant formateur, attendues depuis 2008». Il réclame l’application du code de la médecine du travail et la promulgation d’une circulaire interministérielle favorisant l’accès des enseignants au logement.

Le Cnapest demande également «la mise à jour de la prime du Sud et l’installation d’une commission gouvernementale chargée de recenser les biens et fonds des œuvres sociales». Les autres syndicats de l’éducation ont décidé de suspendre le mouvement de grève après la réunion, tenue samedi dernier, au ministère de l’Education nationale… La rencontre qui a eu lieu dimanche avec le Cnapest n’a pas été aussi concluante, bien que la ministre, Nouria Benghebrit, se soit déclarée «optimiste». Le bras de fer continue. 
Bouredji Fella

 
Version imprimable
Luttes syndicales  
www.algeria-watch.org