Sellal à Ghardaïa ce samedi : Apaiser les tensions et relancer les projets

par Moncef Wafi, Le Quotidien d'Oran, 14 octobre 2013

C'est dans un contexte particulier que s'inscrit la visite du Premier ministre Abdelmalek Sellal, ce samedi, à Ghardaïa.

Un climat de violence a caractérisé la wilaya ces derniers temps avec des heurts entre citoyens qui se sont produits dans les quartiers d'El-Aïn et de Bab El-Haddad ou encore les émeutes qui ont éclaté à Métlili pour dénoncer les coupures de courant intempestives de Sonelgaz. C'est donc accompagné théoriquement des ministres de l'Intérieur, de l'Energie, des Travaux publics et celui des Transports, entre autres membres de son gouvernement, que M. Sellal se rendra dans cette wilaya du Sud pour certainement essayer d'apaiser la situation tendue depuis des semaines et rassurer une population dans l'attente de la concrétisation des nombreux projets en chantier dans la wilaya. Parmi ces derniers, la réalisation de trois gares routières de type C dans les localités de Métlili, Berriane et Guerrara et quatre stations urbaines à Ghardaïa, Bounoura, Daya Ben Dahoua et Guerrara. Egalement au programme, et au chef-lieu de wilaya, une nouvelle gare routière de type A dont les travaux de réalisation sont à 40%. La nouvelle gare routière d'El-Menea de type B et d'une capacité de 750.000 voyageurs/an, dont les travaux de réalisation ont été achevés, sera au menu de la visite ministérielle. En mai dernier, et surfant sur le nouvel intérêt accordé par les pouvoirs publics aux régions du Sud algérien en matière d'investissements, la Confédération des industriels et producteurs algériens (Cipa) a organisé une caravane d'investissements à Ghardaïa avec toutes les facilités et avantages accordés par l'Etat. Une opération qui ambitionne de créer 51 projets dans la wilaya notamment dans les secteurs de l'agriculture, de l'agroalimentaire et le tourisme. Plus de 5.000 postes d'emploi direct seront générés, dit-on, à travers la réalisation de ces projets. Trois sites ont été ainsi retenus pour l'implantation de ces projets. Menea pour l'agriculture et l'industrie agroalimentaire, Zelfana pour le secteur du tourisme notamment thermal et la zone d'activité de Ghardaïa pour des secteurs divers. Le montant global fixé pour la réalisation de ces projets est de l'ordre de 62 milliards de dinars. Les deux banques publiques, la BADR et la BDL sont les deux partenaires financiers de cette caravane qui est censée se rendre dans d'autres wilayas du Sud. En plus d'un abattement fiscal de 10 ans et des taux d'intérêt bonifiés pour les prêts bancaires, le terrain est cédé au dinar symbolique. Et c'est précisément ce dossier qui devra être au centre de la visite de M. Sellal à Ghardaïa où il devra rencontrer les notables de la vallée du M'zab qui se sont distingués ces derniers jours en imputant les violences qu'a connues la région aux comptes rendus de la presse nationale. En effet, les sages et représentants des habitants de la vallée du M'zab n'ont pas trouvé mieux, en condamnant les dernières violences qui ont traversé leur région, que de s'en prendre à la couverture médiatique de ces événements en fustigeant, sans appel, leur couverture médiatique qu'ils qualifient de contraire avec «le travail journalistique noble» et de «pratiques irresponsables» . Dans un communiqué rendu public à l'issue d'une réunion extraordinaire de l'ensemble des sages de la vallée du M'zab, l'accent a été mis sur «l'irresponsabilité» de certains titres de presse dans la couverture des heurts entre citoyens qui se sont produits dans les quartiers d'El-Aïn et de Bab El-Haddad. Ces bagarres, suivies de jets de pierre, ont éclaté entre de jeunes citoyens suite à une action de protestation contre une coupure d'eau, marquée par la fermeture de la route menant vers Daya Ben Dahoua. Des jeunes de différents quartiers situés sur l'axe de la route en question ont voulu briser le mouvement de protestation qui gênait le trafic routier, déclenchant des disputes et des jets de pierres. Plusieurs véhicules et autobus de transport ont été caillassés durant ces échauffourées avant que les services de police, les notables et les autorités locales n'interviennent pour rétablir l'ordre.

 
Version imprimable
Emeutes  
www.algeria-watch.org