Ghardaïa : Le ministre des Affaires religieuses prône l’unité

El Watan, 20 juin 2014

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a mis en relief dans la soirée de mercredi à hier, à Ghardaïa, le rôle primordial des rites malikite et ibadite dans l’éducation religieuse du peuple algérien musulman et la préservation de l’unité confessionnelle l’islam.

S’exprimant à l’issue d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Ghardaïa, M Aïssa a affirmé que les deux rites islamiques (ibadite et malikite) tirent leur légitimité et leur esprit du Saint Coran et de la sunna, école du prophète Mohamed. Parlant de sa visite à Ghardaïa, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a souligné que son département ministériel a décidé que la réunion semestrielle du conseil scientifique pour l’étude et l’élaboration des fetwas se fera dans la wilaya de Ghardaïa pour permettre la participation de l’ensemble des oulémas et des spécialistes dans l’interprétation du Coran, d’élaborer un travail de jurisprudence et d’émettre des fetwas.

Selon M. Aïssa, une rencontre du conseil scientifique du ministère des Affaires religieuses regroupant l’ensemble des oulémas et professeurs d’université a entamé ses travaux hier pour émettre et promulguer des fetwas sur la conformité aux valeurs islamiques de plusieurs sujets, notamment le crédit sans intérêt effectué à partir de la caisse de zakat, l’impact de la pathologie du coronavirus sur l’accomplissement des rituels du hadj et de la omra. Le ministre a également indiqué que le conseil scientifique «tranchera sur l’étourdissement par électrocution (électronarcose), des bêtes et la responsabilité des conducteurs de véhicule dans les accidents de circulation selon l’islam».

Le ministre a également visité la localité d’El Ateuf avant d’inaugurer un groupement coranique et d’initiation à la prière construit par une association, El Nahda, et dédié aux enfants âgés entre 10 et 12 ans. Durant sa visite, le ministre a appelé à la concorde et à l’unité de la ouma. «L’Algérie, notre patrie qui nous réunit a été irriguée par le sang des chouhada, nous devons la préserver, l’islam est le ciment de notre unité», a-t-il fait savoir.
APS

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org