UN VÉHICULE INCENDIÉ ET DES AFFRONTEMENTS NOCTURNES

Toujours la tension à Ghardaïa

Visiblement, à Ghardaïa, quand le calme s’installe, c’est juste pour quelques jours avant que les violences ne reprennent dans un tragique «rituel» qui doit, plus que jamais, interpeller les consciences, toutes les consciences.

M. Kebci - Alger (Le Soir), Le Soir d'Algérie, 3 août 2014

Car la culture de la haine semble avoir trouvé en cette vallée du M’zab, autrefois celle de la paix et de la cohabitation pacifique, un terrain fertile, alimentée qu’elle est par bien d’esprits en mal d’eaux troubles, dans lesquelles ils affectionnent l’évolution.
Hier samedi, aux toutes premières heures de la matinée, vers 6h, un véhicule de marque chinoise, dont le propriétaire, un distributeur de pain et qui appartiendrait à la communauté malékite, a été attaqué et incendié sur la route nationale traversant Berriane, chef-lieu de daïra, situé à 40 km au nord du chef-lieu de wilaya de Ghardaïa. Et quelques heures après, vers 10h, quatre jeunes ont été arrêtés chez eux par des éléments de la police, soupçonnés d’être les auteurs de cet acte de violence, de plus et de trop.
Cet incident viendrait en «riposte» à l’incendie, la veille, d’un autre véhicule conduit, par un membre de la communauté ibadite. Ce dernier n’a eu la vie sauve, selon une source locale, qu’in extremis, en échappant miraculeusement à une mort atroce.
Vers minuit, en effet, quatre véhicules appartenant à des Mozabites en partance vers la capitale, ont été la cible de jeunes du quartier Chaâba sur la RN 1. L'un des quatre véhicules, un fourgon de marque Mercedes transportant des voyageurs, a été attaqué à coups de pierres, blessant le chauffeur qui donne un coup de volant, percutant le trottoir et restant bloqué par l'airbag.
Les autres passagers ont réussi à sauter du véhicule et prendre la fuite tandis que les deux premiers véhicules ont foncé vers l'avant pour éviter l'«embuscade», au moment où le dernier véhicule a rebroussé chemin.
Les assaillants ont alors incendié ledit fourgon, en l’arrosant de cocktails Molotov, provoquant un immense incendie, aperçu depuis le vieux Ksar. Et le conducteur ne sera retiré de son siège que pour être aussitôt évacué aux urgences.
L’avant-veille, jeudi vers minuit, des affrontements ont opposé des jeunes du quartier Chaâba près de Kef-Hamouda et les forces de la police, avant qu’ils ne s’en prennent à des maisons mozabites à Kef-Hamouda.
De nouveaux épisodes dans le cycle infernal de violence qui rythme le quotidien des habitants de la wilaya depuis un peu plus de huit mois, qui vient après de similaires actes enregistrés au second jour des fêtes de l’Aïd-El-Fitr et mercredi dernier. Des scènes de violences aussi bien à Berriane qu’à Ghardaïa, sont montées d’un cran. En effet, le bilan très lourd de ces heurts d’une violence inouïe fait état de maisons incendiées dans différents quartiers, des dizaines de blessés et d’une école partiellement détruite.
Et dans un communiqué rendu public hier matin, le RCD, par le biais de sa structure locale à Ghardaïa, a tenu à condamner ces actes de violence et ces comportements «provocateurs» et à dénoncer la «gestion catastrophique» de la crise sécuritaire que vit le M'zab. Et de réitérer sa revendication d'une commission d'enquête «crédible et indépendante des parties en conflit et surtout du pouvoir, qui fera toute la lumière sur les événements que vit le M'zab». Et au RCD d’en appeler aux Algériens, les intellectuels, les citoyens de Berriane et de Ghardaïa, à œuvrer sérieusement pour la paix.
M. K.

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org