Le gouvernement s’apprête à lancer une initiative

El Watan, 29 décembre 2013

Le gouvernement s’implique enfin dans le conflit «intercommunautaire» qui rythme le quotidien de la population dans la wilaya de Ghardaïa.

Il annoncera, dans les prochains jours, une initiative pour tenter de mettre un terme au conflit entre Mozabites et arabophones. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, lors de la conférence de presse périodique qu’il a animée conjointement avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

«Le Premier ministre est quotidiennement en contact avec les notables de la wilaya de Ghardaïa et il annoncera prochainement une initiative à ce sujet», a-t-il indiqué, sans plus de précision sur la nature de cette initiative. Selon lui, «celle-ci viendrait dans le sens d’un retour définitif au calme dans cette région du pays», qui connaît des troubles itératifs depuis plusieurs années.
Pour Abdelkader Messahel, «tout Algérien a le droit d’exprimer des revendications, mais cela doit se faire dans le strict respect de la loi et le respect des biens d’autrui». «La situation semble calme. Nous souhaitons voir ce calme perdurer. Nous saluons, dans ce sens, la bonne volonté des notables de la région visant un retour à la normale de façon définitive», a-t-il ajouté. Le chef-lieu de la wilaya de Ghardaïa, rappelons-le, a été le théâtre, en fin de semaine dernière, de graves affrontements entre Mozabites et arabophones.

Dans ces échauffourées, des bandes de jeunes se sont attaqués aux magasins et aux biens des populations mozabites en utilisant des cocktails Molotov et autres projectiles. Outre les événements de Ghardaïa, Abdelkader Messahel revient longuement sur les projets concernant son secteur, en particulier la loi sur l’audiovisuel. Ce projet, assure-t-il, ne sera ni retiré par le gouvernement ni ajourné.
Conseil des ministres : Messahel confirme «Le projet de loi suit son cours. La commission de l’information et de la culture de l’APN l’a examiné et débattu et nous souhaitons qu’il soit adopté avant la clôture de la session d’automne du Parlement», a-t-il expliqué. Dans ce sens, le ministre annonce la finalisation des premières moutures des projets de loi sur la publicité et le sondage d’opinion. «Ces textes devront également suivre le processus légal avant d’atterrir au Parlement», ajoute-t-il.

L’orateur a confirmé, par la même occasion, la tenue, dans les prochains jours (probablement demain, ndlr) d’un Conseil des ministres. «La réunion coïncidera avec la signature de la loi de finances 2014», dit-il, sans fournir plus de détails sur les textes devant être examinés lors de cette seconde réunion du Conseil des ministres en 2013.

Interrogé sur l’éventuelle révision de la Constitution avant la prochaine élection présidentielle, Abdelkader Messahel s’est contenté de rappeler qu’«une telle décision relevait du domaine réservé au chef de l’Etat». Revenant sur l’extradition de Abdelmoumen Khalifa, le ministre a affirmé que l’Algérie se félicite de la manière dont le Royaume-Uni a géré cette affaire. «L’Algérie ne peut que se féliciter de la manière dont le Royaume-Uni a géré cette affaire. Cette manière de faire de la justice britannique rend hommage à la justice algérienne et la crédibilise», souligne-t-il, ajoutant que cette extradition «n’avait aucune motivation politique». Le ministre a refusé, en revanche, de commenter l’affaire Sonatrach II et le mandat d’arrêt international émis contre l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil. «Quand une affaire arrive devant la justice, on s’impose le silence par respect à la justice», dit-il. 



Madjid Makedhi

 
Version imprimable
Emeutes  
www.algeria-watch.org