Graves affrontements inter- communautaires à divers endroits de la commune de Ghardaia

El Watan, 13 mars 2014

Les premiers accrochages ont commencés mercredi vers 19 heures entre le quartier de Hadj Messaoud et le ksar de Mélika. Très rapidement, les violences se sont propagées pour opposer les quartiers de Theniet El Makhzen au ksar de Béni Izguene et celui de Sidi Abbaz et El Quaria au ksar de Bounoura.

Presque toute la nuit , des détonations de grenades lacrymogènes ont été entendues à travers la ville. Deux magasins ont été pillés et incendiés sur l'avenue du 1er Novembre à Theniet El Makhzen. 2 autres ont subis le même sort à Sidi Abbaz ainsi que le café "la cabane" situé sur le grand rond point à verdure de Sidi Abbaz.

La surface de vente et les ateliers du concessionnaire "Peugeot" , situé sur l'avenue Didouche Mourad , à quelques encablures du siège de la sûreté de wilaya , ont été incendiés. Les flammes et une épaisse fumée montant vers le ciel , sont encore visibles à 13 heures 30 , jeudi.

Tous les établissements scolaires des 3 paliers de la commune de Ghardaia ont renvoyés leurs élèves par mesure de sécurité. Beaucoup d'administrations et d'établissements publiques ont aussi fermés leurs portes, la majorité de leurs effectifs n'ont pu rejoindre leurs postes .

Presque toutes les routes sont fermées à la circulation. Beaucoup de bus et de véhicules qui ont essayés de passer ont subis de gros dégâts sur leurs carrosseries et leurs pare brise. Quelques uns de leurs passagers ont été blessés par des jets de pierres et des bouts de de fer découpés en petits morceaux et lancés à coups de lance pierres.

Le dispositif de sécurité qui quadrillait auparavant la ville dans un maillage très serré ayant été pratiquement levé par endroit et allégé en d'autres, les forces de sécurité ont eu toutes les peines du monde à arriver sur les lieux d'affrontements tant toutes les routes étaient impossible à la circulation, les centaines de véhicules pris dans l'engrenage de la violence ont obstrués l"asphalte.

La panique s'étant emparés des passagers , quelques uns ont même abandonnés leurs véhicules et fuit à pied. Nous avons constatés de visu une quinzaine de policiers blessés à l'hôpital Dr Tirichine de Ghardaia et ce n'est qu'un premier constat tant les affrontements continuent avec plus de violences..
K. Nazim

 
Version imprimable
Emeutes  
www.algeria-watch.org