La vie peine à reprendre dans la région

Les gendarmes affluent à Ghardaïa

El Watan, 22 mars 2014

La vie est figée dans la ville de Ghardaïa après le dernier cycle de violences qui a secoué la région la semaine dernière. Hier, la crainte était de voir de nouveaux heurts se déclarer après la prière du vendredi, mais un calme précaire régnait.

Selon des sources locales, de nouveaux renforts sécuritaires ont continué à affluer vers la capitale du M’zab, des gendarmes notamment, pour sécuriser les quartiers. Mille éléments seraient arrivés ainsi dans la région depuis quelques jours, en provenance de plusieurs wilayas du pays. Nos sources indiquent également que dans les quartiers les plus chauds, ce sont désormais les hommes du Darak que l’on voit le plus et non plus les policiers. Ce qui a suffi à faire croire que désormais la tendance du côté des autorités est au remplacement des hommes en bleu après la polémique qui n’a cessé d’enfler sur l’aptitude de leur intervention pour contenir les troubles. Par ailleurs, la cité et ses environs étaient survolés par deux hélicoptères de la gendarmerie.

Calme précaire

C’est dire l’atmosphère tendue qui persiste, notamment après le pic de violence atteint samedi dernier avec la mort de trois jeunes dans des conditions non élucidées jusqu’à présent. Hier encore, la vieille ville restait paralysée alors qu’un semblant d’activité paraissait reprendre au centre de la cité. Les dégâts subis par les commerces sont énormes et les évaluations sont en cours. Dans une missive adressée au wali, apprend-on, la direction de l’éducation a avoué toute son impuissance à assurer les cours.
Même si cela peut paraître un dégât collatéral, en la circonstance, la suspension des cours dans les écoles, en raison des heurts, entraîne des retards qu’il est difficile de rattraper et pour l’heure aucun programme spécial n’est préconisé pour y pallier. A noter enfin que la Fête du tapis, une des principales attractions culturelles et commerciales
de la cité, a été annulée cette année.
R. P.

 
Version imprimable

M'zab: Qui provoque les affrontements?

Emeutes

 
www.algeria-watch.org