Ghardaïa : l’appel de détresse du Comité des notables de Berriane

Impact24, 24 juin 2015

La reprise des violences dans la vallée du M’Zab sème à nouveau le vent de l’inquiétude et de la peur au sein de la population locale. Le Comité des notables et des sages de la ville de Berriane qui a été le théâtre des nouvelles violences enregistrées ces dernières semaines, lance un véritable cri de détresse à l’endroit des plus hautes autorités du pays. Par Malik.Moffok
Cet appel intervient quelques jours après la reprise des violences dans cette ville de Berriane.

Dans une déclaration transmise à notre rédaction, le Comité des sages brosse un tableau noire de la situation à Ghardaïa, marquée par le regain des violences, des actes de vandalisme, des agressions et des vols sur les principaux axes routiers menant à la vallée du M’Zab. «Nous dénonçons, condamnons vivement et regrettons la poursuite du feuilleton criminel des événements douloureux survenus dans notre ville Berriane, connue pour être, par le passé, un havre de paix et de quiétude», écrit le Comité des sages qui s’interroge sur la reprise des violences au moment où la paix commence à se réinstaller sérieusement dans la vallée du M’Zab. Ils accusent des «milieux mafieux d’être derrière cette campagne haineuse et destructrice du tissu social de la ville et de toute la wilaya, et ce, à travers la multiplication des actes criminels», poursuit-on.

Le Comité des notables énumère une série d’actes et de comportements étranges qui suscitent beaucoup d’interrogations à Ghardaïa, notamment la multiplication des agressions et de destructions des biens privés dans l’impunité la plus totale. «Les agressions doublent d’intensité sur la route nationale N°1. Des agressions qui sont l’œuvre de bandes criminelles notoires dans la région qui s’attaquent aux automobilistes et aux passants sans qu’elles ne soient inquiétées par les services de sécurité, pourtant fortement déployés dans la ville», dénonce le comité, relevant également l’utilisation par ces groupes criminels de toute sorte de projectiles et de cocktails Molotov qu’ils jettent sur les passants en leur causant des blessures parfois graves. Le comité des sages décrit une situation intenable à Berriane où il ne fait plus bon vivre. Il s’étonne, en outre, de la vague d’arrestations dans les quartiers mozabites, opérées durant une période où la ville renouait avec son calme d’antan. Des arrestations «musclées et injustifiées». «Comment des routes restent barrées pendants de longues heures par des bandes de voyous qui font du racket en plein jour sans que les services de sécurité n’interviennent?», se demande ce Comité qui ne cache pas son inquiétude quant au risque d’un enlisement sécuritaire incontrôlable qui ferait beaucoup de victimes parmi la population locale.

Les notables de Berriane refusent de se taire face à cette situation qui ne conjecture rien de bon pour l’avenir des habitants de la vallée du M’Zab. Pour eux, ce qui se passe à Berriane n’est pas une simple affaire locale, mais il s’agit du devenir national et du vivre ensemble. Le comité rappelle son attachement à une Algérie unie. Tout et si une partie de ce vaste territoire est touchée, c’est tout le pays qui en ressentira la douleur. Le Comité des sages appelle ainsi les hauts dirigeants du pays à traiter le mal qui ronge la vallée du M’Zab avant qu’il ne se propage ailleurs. Cet appel intervient quelques jours après la reprise des violences dans cette ville de Berriane. Des violences qui ont fait quatre blessés graves.

M.M.

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org