Élections locales à Béjaïa : L’étrange «campagne» de Abdelmalek Amellou

El Watan, 9 novembre 2017

Le bureau communal du Rassemblement national démocratique au niveau d’Ait R’zine, une commune de 14 villages qui se trouve à près de 80 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, ne désespère toujours pas de voir son poulain, Abdelmalek Amellou, repêché et officiellement candidat aux élections municipales. Si la candidature d’Abdelmalek Amellou en tant que tête de liste du RND à Ait R’zine a défrayé la chronique ces deux derniers mois, c’est que ce dernier est loin d’être Monsieur tout le monde. Et pour cause, son nom est connu pour être cité dans l’affaire de l’assassinat de l’homme politique et opposant franco-algérien, l’avocat Ali Mecili, compagnon d’Ait Ahmed, retrouvé mort de deux balles dans la tête dans le hall de son immeuble, à Paris, le 7 avril 1987. Une affaire, toutefois, pour laquelle il n’a été ni jugé ni condamné par aucune juridiction, qu’elle soit française ou algérienne.

La commune d’Ait R’zine compte officiellement 5 listes dont 4 partisanes et une indépendante. La sixième, toujours en attente, n’a pas encore reçu son quitus mais continue d’animer les débats et les meetings. C’est donc une situation aussi ambiguë qu’inédite que vit le bureau local du RND, en ce sens qu’aucun rejet officiel ne lui a été signifié. Donc, plutôt que de faire une campagne électorale classique, on a opté pour l’organisation de rassemblements de soutien à une liste qui n’est officiellement ni agréée ni interdite. «Nous avons jusqu’à présent organisé 5 grands rassemblements de soutien à notre candidat et nous allons continuer à le faire», déclare tout de go M. Hamou Aldja Abdellah, coordinateur du bureau local du RND, qui revendique un soutien franc et massif d’une partie de la population.
«Trois jours avant le début de la campagne électorale, nous avons été informés par les services de l’APC d’Ait Rzine que notre liste ne faisait pas partie du document officiel envoyé par la wilaya énumérant nommément celles qui sont en lice pour les élections municipales», s’offusque encore M.Hamou Aldja Abdellah.

«Notre liste, avec à sa tête M. Abdelmalek Amellou, est encore aujourd’hui au niveau du siège de la wilaya de Béjaïa, de la daïra d’Ighil Ali dont relève notre commune, et au niveau des services de sécurité. Jusqu’à présent, aucune autorité ne nous a signifié le rejet de cette liste qui a été dûment déposée à la wilaya. Nous ne pouvons tout de même pas nous contenter du rejet uniquement verbal qui nous a été signifié. Si les pouvoirs publics valident notre liste à tout moment, nous sommes prêts. S’ils nous reprochent quelque chose, qu’ils nous le disent», dit-il encore.

Le coordinateur du RND a également bien voulu donner son point de vue concernant le choix de sa tête de liste qui aura, décidément, fait couler beaucoup d’encre : «M. Abdelmalek Amellou ne nous a rien demandé. C’est nous qui l’avons sollicité. Nous sommes partis chez lui et nous lui avons demandé d’être notre candidat. Nous avons insisté et il a fini par accepter. Il est né ici et il revient chez lui pour rendre service à la population. M. Amellou est un patriote. C’est un homme fort et instruit qui peut faire beaucoup de bien à notre commune. Pour cela, il a en haut lieu les connaissances qu’il faut et notre jeunesse l’écoute.Concernant ce crime dont on l’accuse sans preuves, M. Amellou a pris la parole dans nos rassemblements et a défié quiconque ayant des choses contre lui de le confronter publiquement», dit-il.Pour rappel, le principal intéressé, que nous avons sollicité pour un entretien, ne s’est toujours pas exprimé. Hier, il se trouvait en voyage à l’intérieur du pays.


Djamel Alilat

 
Version imprimable

Le cynisme au bout du crime (AW, 28.09.17)

 
www.algeria-watch.org