Ouyahia aux militants du RND de Khenchela

«Utiliser les méthodes du FIS pour mobiliser l’électorat» !

El Watan, 8 janvier 2017

Hier, samedi 7 janvier. Il fait un froid glacial à Khenchela ; ce n’est pas une température à mobiliser les foules, même si c’est Ouyahia en personne – secrétaire général du RND et néanmoins directeur de cabinet de la présidence de la République –, qui a fait le déplacement.

La réunion avec les militants du RND de la wilaya de Khenchela se tient à la Maison de la culture, salle qui s’est avérée trop grande pour le peu de personnes présentes, et encore, les organisateurs ont essayé de remplir les travées en «rameutant» des non-militants, dont des femmes – première surprise – qui n’ont rien à voir avec ce parti et dont la présence a étonné les «vieux» adhérents du RND. Avant le début de la réunion, des organisateurs s’accrochent avec les journalistes : on signifie à ces derniers – deuxième surprise – que le huis clos est de mise.

Que veut-on cacher au RND et pourquoi Ouyahia l’a-t-il exigé ? Des militants du RND, face à cette fermeture aux médias, nous ont fait part de leur embarras ; ils ont tenu cependant à nous faire un compte-rendu des débats dès la fin de la réunion. Selon ces militants, d’entrée de jeu Ouyahia a indiqué qu’il était là pour contribuer à éteindre la «fitna» qui menace l’Algérie, sans en dire plus à ce sujet. En fait, cette réunion s’inscrit dans le programme de la tournée dans les wilayas du secrétaire général du RND à l’approche des prochaines échéances électorales, législatives et locales, surtout que le RND à Khenchela traverse une période difficile – une «fitna» interne – qui a amené récemment le patron du RND à remplacer le coordinateur de wilaya, Kellil Tahar (sénateur) par Mourad Taous, élu à l’APW.

Ce dernier est cependant contesté par nombre de militants du RND de la première heure, du fait de son appartenance passée au… RCD (!) et des casseroles qu’il traîne (accaparement de terres agricoles dans le Sahara des Nememchas). Autre surprise de taille lors de cette réunion pas comme les autres : Ouyahia encourage fortement ses militants à utiliser «les méthodes du FIS de 1990 et 1991» pour mobiliser les électeurs en 2017, en évoquant, notamment, la pratique du porte-à-porte et les «militantes» pour aller dans les foyers auprès des familles. Il fallait le faire, toute honte bue : citer un parti dissous et, implicitement, reconnaître l’efficacité des pratiques de ce dernier, et le tout de la part d’un haut fonctionnaire de la présidence de la République. Ce qui peut expliquer l’usage du «huis clos» et la présence inhabituelle de femmes dans les réunions du RND.
Mohamed Taïbi

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org