Après le niet catégorique des partis de l’opposition et du pouvoir

La feuille blanche du FFS refait surface au Sud

Boudé par les partis politiques et de l’opposition et du pouvoir, le FFS qui a dû reporter sa conférence nationale sur le consensus refait surface ces jours-ci, pour présenter sa feuille blanche au sud du pays.

Mehdi Mehenni – Alger (Le Soir), Le Soir d'Algérie, 25 mars 2015

Désespéré de l’attitude de la classe politique qui n’a pas vu l’utilité à rejoindre son initiative, le Front des forces socialistes se tourne vers la population.
Le parti semble même avoir abandonné l’option de consultations politiques, puisque depuis le report de sa conférence nationale à la mi-février, aucune démarche n’a été entreprise dans ce sens. Mais voilà que depuis samedi, la feuille blanche du FFS refait surface, mais cette fois-ci au sud du pays.
Plus précisément à Tamanrasset, où Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle, et Mohamed Nebbou, premier secrétaire du parti, ont rencontré des représentants de la société civile et des notables de la région. Changement de stratégie ? Il semblerait que oui. Surtout que sa dernière rencontre en date avec le RND aura constitué le coup de grâce, après bien entendu le désengagement du FLN, le niet catégorique des partis regroupés dans la CNLTD, mais aussi ceux du Front du changement.
Une série de douches froides qui ont contraint le plus vieux parti de l’opposition à s’éclipser pour un premier temps, avant de resurgir et aller se réchauffer le cœur sous le soleil printanier de l’Ahaggar.
Ce samedi donc, la direction du FFS a plaidé sa cause auprès des citoyens de Tamanrasset, sur la nécessité de se regrouper autour d’un large consensus national. Le parti de l’historique Aït Ahmed a usé des arguments habituels pour convaincre, à savoir la crise multidimensionnelle qui secoue le pays.
«Face au statu quo qui règne et les menaces qui pèsent sur nos frontières, seule l’organisation de la Conférence nationale de consensus, réunissant tous les acteurs sans exclusion, en dépassant les calculs partisans étroits, est capable de sauver l’Algérie des menaces tant internes qu’externes qui la guettent», ont soutenu les deux cadres du FFS, cités plus haut, selon le site internet du parti. Contactés pour de plus amples informations sur cette campagne de proximité et de sensibilisation, le Premier secrétaire du parti, Mohamed Nebbou, et le chargé de communication Youcef Aouchiche sont restés injoignables.
M. M.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org