Ghardaïa et Bounoura : Les affrontements se propagent dans les quartiers tampons

El Watan, 8 juillet 2015

Alors que l’on s’attendait à un retour progressif au calme suite au renforcement sécuritaire de la journée, la situation a encore dégénéré à Ghardaïa ville ou le quartier de Sidi Abaz a connu de nouvelles violence, mardi, peu après le f’tour.

L’intervention au gaz lacrymogène a obligé les habitants à se prémunir à l’aide de chèche et de flacons de vinaigre mais la situation était telle que la plupart des familles se sont résignées à quitter leurs domiciles vers des endroits plus surs auprès de proches ou amis habitant des quartiers moins touchés par les violences.

Mermed, Hadj Messaoud, Salem Ouaissa, Theniet El Makhzen, le boulevard, Melika, Z’gag lihoud, Bounoura ont suivi. Cette flambée survient au moment ou des informations sur le décès d’une 5e victime ont été infirmées par des sources médicales locales qui confirment par contre 8 blessés ont été opérés durant la journée dont deux policiers gravement atteint tandis que l’armée, ayant lâché du lest ces derniers temps à la faveur d’un retour à la vie normale a du reprendre les choses en mains après la rencontre organisée au sein même du commandement su secteur opérationnel militaire de Ghardaïa au courant de la journée.

Cette réunion au sommet à laquelle ont pris part les commandant de l’armée et de la gendarmerie nationale de la 4e région militaire sise à Ouargla a coïncidé avec le déploiement de nouveaux renforts sécuritaires militaires dans le Mzab après la fermeture prolongée de la RN1 au niveau de la localité de Berriane qui a connu une journée d’horreur mardi, achevée par la destruction de plusieurs biens publics et privés dont le siège de la Such.

La montée vertigineuse du nombre de morts et de blessés évacués à l’hôpital Tirichine, situé en plein cœur de Sidi Abaz, à son tour dévasté par des heurts entre émeutiers et forces de l’ordre laisse perplexe sur la suite des événements. Ghardaïa a vécu une nouvelle nuit d’horreur, dans l’attente des nouvelles mesures prises par le commandement de l’armée. Un communiqué rendu public en fin de journée annonçait « la mise en place de mesures sécuritaires adéquates », sans plus de détails. Pour rappel, les quartiers tampon sont ceux ou les deux communautés vivent en cohabitation.

Houria Alioua

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org