Affrontements à Ghardaïa : récit d’une journée meurtrière pour l’Algérie

08 juillet 2015 à 18h41 — Mis à jour le 08 juillet 2015 à 19h49
Par Farid Alilat et Saïd Arezki, Jeune Afrique

Les événements dramatiques qui ont secoué ce mercredi 8 juillet la région de Ghardaïa à 600 km au sud d’Alger ont pris une tournure politique en fin de journée lorsque le président a convoqué une réunion d'urgence.

Le président Abdelaziz Bouteflika a convoqué une réunion d’urgence consacrée à la situation prévalant dans la wilaya (préfecture) de Ghardaïa, a révélé l’agence officielle APS citant une source proche de la présidence.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, et le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, prennent part à ce conclave.

Entamés il y a trois jours, les escarmouches sporadiques entre Arabes et Mozabites ont vite dégénéré en véritables scènes de guerre et guérilla urbaine dans la nuit de mardi à mercredi 8 juillet.

Gravité inouië

« C’est une véritable catastrophe », confie à Jeune Afrique Bouamer Bouhafs, ingénieur à la retraite et président de la Fondation des Chaâmba. « Les affrontements ont repris avec une gravité inouïe ! Les protagonistes sont passés des cocktails Molotov et des jets de pierres aux armes à feu, fusils de chasse et kalachnikovs », poursuit Bouamer Bouhafs. Puis de conclure : « Nous appelons à une intervention de l’armée car les services de sécurité locaux n’arrivent plus à maîtriser la situation. »

Côté mozabite, le docteur Kameleddine Fekhar, l’un des porte-paroles de la communauté confirme cette situation. « Les affrontements ont repris dans les villes de Ghardaïa, Guerrara et Berriane mais le bilan le plus lourd est à déplorer à Guerrara, estime-t-il. Le quartier mozabite de Mlika, à Ghardaïa, est en état de siège, cerné par des groupes de jeunes arabes qui lancent attaque sur attaque et qui empêchent les Mozabites des autres quartiers de leur porter secours. »

Selon notre interlocuteur, loin d’apporter une quelconque solution, la venue du ministre de l’Intérieur, il y a une semaine, n’a fait que remettre un plus d’huile sur un feu qui brûle depuis octobre 2013.

La communauté mozabite se sent visée et mal protégée

Mohamed Dabbouz, membre du bureau régional du RCD à Ghardaïa, témoigne de ce qui s’est passé entre minuit et 11h du matin :

« Les escarmouches ont commencé vers minuit mais juste après le repas du s’hour, des groupes de jeunes Arabes ont attaqué avec des armes à feu et des cocktails Molotov les quartiers mozabites de Mahmoud, Moadin et Cheikh Belhadj. Dans un premier temps, il y a eu quatre morts et des dizaines de maisons brûlées. C’était une panique indescriptible, les gens fuyaient leurs maisons, laissant tous leurs biens derrière eux. Les affrontements se sont ensuite propagés à d’autres quartiers. A 11 heures du matin, on a dénombré 12 Mozabites tués. C’est seulement là qu’il y a eu une riposte armée qui a fait trois morts côté arabe mais il a fallu attendre midi pour voir des renforts de gendarmes arriver et des hélicoptères survoler la ville », s’offusque-t-il.

« C’est cette passivité et ce manque de réactivité qui expliquent ce très lourd bilan », estime Mohamed Debbouz. Le calme n’est donc revenu qu’après l’arrivée des brigades antiémeutes qui ont aussitôt entrepris de disperser les belligérants à coups de grenades lacrymogènes.

Partout dans le pays la communauté mozabite se sent visée et mal protégée par une police qu’elle accuse de défendre les Arabes. Les commerçants établis à Alger et dans d’autres villes du pays ont immédiatement baissé leur rideau et décidé d’une grève générale pour dénoncer la gravité de la situation dans la région. Un sit-in de protestation a également été tenu en face de la maison de la presse Tahar Djaout qui regroupe la plupart des journaux à Alger.

Plus de 20 morts

Actuellement, même si le calme semble revenu, il règne un climat de peur et de terreur dans toute la vallée du Mzab. Chaque communauté s’est barricadée dans ses propres quartiers en se préparant au pire.

Selon l’agence officielle, on dénombre 22 morts et plusieurs blessés dans les heurts violents qui ont eu lieu à Guerrara et à Berriane, deux localités de Ghardaïa. Toutefois, ce bilan pourrait être encore plus conséquent. Une source proche du Premier ministre confie à Jeune Afrique, sous le sceau de l’anonymat, que les violences qui se sont produites ce mercredi 8 juillet ont déjà fait 24 morts.

Le ministre de l’Intérieur dépêché sur place

Devant la gravité des événements, le ministre de l’Intérieur a été dépêché en urgence au chef de lieu de la wilaya (préfecture) où une réunion d’urgence s’est également tenue avec les autorités civiles et militaires. D’importants renforts de la gendarmerie nationale ont été déployés en début d’après-midi dans les rues de Guerrara. Mais ces mesures ne semblent pas suffire pour ramener le calme dans cette région, théâtre de violences ethniques depuis 2013. D’où, la réunion d’urgence au sommet de l’État.

Cette nouvelle flambée de violences, l’une des plus meurtrières en Algérie depuis les événements du printemps 2001 en Kabylie qui avaient fait plus d’une centaine de morts, constitue un sérieux revers pour le pouvoir algérien. Lors de son dernier déplacement à Ghardaïa, en juin dernier, Abdelmalek Sellal, avait promis que l’État appliquerait « les lois de la République » pour protéger les citoyens algériens et avait assuré que les forces de sécurité seraient en capacité de veiller au maintien de l’ordre public.

Ce n’est pas la première fois que les plus hautes autorités du pays promettent de mettre fin à ces violences inter-communautaires qui peuvent déstabiliser le grand sud algérien. En décembre 2013, le président Abdelaziz Bouteflika avait appelé à faire prévaloir les valeurs de tolérance et de dialogue au lendemain d’affrontements ayant fait plusieurs dizaines de blessés dans la région de Ghardaïa.

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org