ghardaïa

La vie reprend son cours normal à Ghardaïa

Hadjer Guenanfa, TSA, 30 août 2015

Les habitants de Ghardaïa commencent à retrouver une certaine sérénité près de deux mois après les violents affrontements de Guerrara qui ont fait plus d’une vingtaine de morts. « Sur le plan sécuritaire, il y a une maîtrise de la situation. Maintenant, il y a des barrages (de gendarmerie et de police) partout. Et les services de sécurité sont à l’affût du moindre dépassement », assure Ahmed Baba Moussa, membre de la Cellule de coordination et de suivi des événements de Ghardaïa.

En août, un jeune a été interpellé par la gendarmerie. Son tort ? « Le jeune avait traité un Mozabite de Kharidjit. Des gendarmes sont immédiatement intervenus », raconte M. Baba Moussa.

Depuis quelques jours, le chef de la quatrième région militaire se déplace d’un quartier à l’autre pour superviser le retour des familles déplacées. « Le général se déplace en personne vers les quartiers concernés dont Mlika, Hadj Messaoud, Baba Ould Djema, Mermad », affirme notre interlocuteur. « Des membres de ces familles déplacées se sont rendus dans leurs quartiers pour voir l’état de leurs maisons dont la majorité a été incendiée. Ils ne sont pas encore retournés vivre là-bas », précise notre interlocuteur. Près de 30 % des familles déplacées ont pu revenir vers leurs quartiers, selon lui.

Dans son édition d’hier samedi, El Khabar annonçait le retour de 200 familles. Ce membre de la Cellule de coordination et de suivi des événements de Ghardaïa estime qu’il s’agit d »une des plus sérieuses initiatives lancées par les autorités pour mettre un terme aux violences enregistrées depuis plus de deux ans à Ghardaïa. « Mais on se pose toutefois certaines questions : pourquoi ont-ils attendu jusqu’à maintenant ? Pourquoi ont-ils attendu que 40 % de Ghardaïa soit incendié pour réagir ? », lâche M. Baba Moussa.

 
Printable version
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org